Ligue 1: La pizza Balotelli, hommage du bar où le joueur a signé son contrat avec Nice

FOOTBALL C’est dans un « coin discret » de l’établissement que l’attaquant italien s’est engagé avec le Gym…

Mathilde Frénois

— 

La pizza a été créée dans le bar
où Balotelli a paraphé son contrat.
La pizza a été créée dans le bar où Balotelli a paraphé son contrat. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes

Ce mets régale… autant que celui qui en a donné le nom. Après les cocktails, Mario Balotelli partage son patronyme avec une pizza. « On a voulu la créer avec un mélange original, comme la personnalité du joueur », explique Bruno Dotal, gérant de l’ auberge des Quatre Chemins, un bar-restaurant de Saint-Jeannet.

Tomates séchées, câpres et ricotta garnissent, entre autres, la pâte de cette pizza vendue 10,50 euros. « Je suis fan de l’OGC Nice et j’ai commandé la pizza juste pour son nom », rigole Michel, un client. Attablée à ses côtés, Noëlle poursuit : « En plus, elle est très bonne et originale. »

Tomates séchées, câpres et ricotta garnissent, entre autres, la pâte de la pizza Balotelli.
Tomates séchées, câpres et ricotta garnissent, entre autres, la pâte de la pizza Balotelli. - M. Frénois / ANP / 20 Minutes

« Un coin discret »

Mais la pizza aurait moins de saveur sans l’histoire qui se cache derrière. « Un jour d’août 2016, vers 10 h, on a vu débarquer le président et le coach de l’OGC Nice », raconte Bruno. Jean-Pierre Rivère et Lucien Favre demandent une table au fond de la salle, « un coin discret ». « Ensuite, un Porsche Cayenne est arrivé. Mario Balotelli et son agent en sont sortis », se souvient le gérant.

Les quatre hommes commandent des cafés et… signent le contrat qui liera l’attaquant italien au club niçois. Depuis ce jour (et une photo avec Jean-Pierre Rivère postée sur les réseaux sociaux plus tard), les clients de l’auberge tannent Bruno pour qu’il fasse un « clin d’œil » à cette visite exceptionnelle. « On a créé les saveurs ensemble. Mais la pizza n’est pas à la carte. Elle est servie en suggestion uniquement les lendemains de victoires de Nice ou de coups de génie de Balotelli », explique Bruno qui, ironie de l’histoire, soutient l’AS Saint-Etienne.

Fair-play, le gérant espère aujourd’hui que « Balotelli goûtera sa pizza ». Mais il a également une crainte : revoir débarquer l’agent lui réclamant « des droits pour l’emprunt du nom », rigole-t-il.