Attentat de Nice: Onze hommes, soupçonnés d'avoir apporté une aide matérielle au tueur, arrêtés

TERRORISME Plusieurs ressortissants de pays de l’Est figurent parmi les personnes arrêtées…

Fabien Binacchi

— 

Des hommages sont rendus aux victimes du terrible attentat qui a frappé Nice le 14 juillet 2016.
Des hommages sont rendus aux victimes du terrible attentat qui a frappé Nice le 14 juillet 2016. — AFP

Du nouveau dans l’enquête sur l’attentat de Nice. Dix personnes soupçonnées d’avoir apporté une aide matérielle directe ou indirecte à la réalisation de cette attaque ont été interpellées ce lundi matin à Nice. Une autre personne a également été arrêtée à Nantes, selon une source proche de l’enquête.

« Entre 6 h et 13 h, la direction centrale de la PJ, qui agissait sur commission rogatoire du juge d’instruction chargé de l’enquête antiterroriste, a procédé à dix interpellations dans plusieurs quartiers de Nice et une à Nantes », a confirmé cette source à 20 Minutes.

>> A lire aussi : Les enquêteurs sur les traces d’éventuels complices du tueur au camion

Ils sont suspectés d’avoir participé à la « logistique » de l’attentat 

Les onze hommes interpellés sont ainsi suspectés d’avoir participé à la « logistique » de l’attentat qui a fait 86 morts sur la promenade des Anglais, le soir du 14 juillet. « Notamment en fournissant les armes à feu utilisées » par Mohamed Lahouaiej Bouhlel, le conducteur du camion fou, précise cette même source.

Plusieurs ressortissants de pays de l’Est figurent parmi les individus arrêtés ce lundi. Et notamment des Albanais, comme un couple, également suspecté d’avoir fourni un pistolet au terroriste, déjà mis en examen et détenu depuis la fin juillet.

>> A lire aussi : Attentat de Nice. Un SMS équivoque, des nouvelles interpellations... L'enquête progresse

Alors que les perquisitions et les interrogatoires se poursuivaient lundi en début d’après-midi, aucun des interpellés ne semblait avoir le profil de personnes radicalisées, avançait la même source. Mais certains sont déjà connus des services de police, « notamment pour leurs liens dans des filières d’approvisionnement en armes ».

Les gardes à vue, menées à la caserne Auvare, à Nice, peuvent durer jusqu’à 96 heures.