Aide aux migrants: Eric Ciotti signale à la justice les pratiques des habitants de la Roya

MIGRANTS Près de 300 citoyens ont porté plainte contre les institutions, qui ont réagi à leur tour…

Mathilde Frénois

— 

Le député Eric Ciotti
Le député Eric Ciotti — VALERY HACHE / AFP

Les habitants de la Roya ne s’en cachent pas : ils aident les migrants arrivés par erreur dans leur vallée en les nourrissant, les hébergeant et les transportant. Si certains militants ont déjà été inquiétés par des plaintes pour aide à l’entrée, au séjour et à la circulation, Eric Ciotti a décidé d’enfoncer le clou.

Le président LR du département des Alpes-Maritimes a déposé un signalement auprès du procureur de la République de Nice. Il dénonce les agissements d’« une poignée d’activistes [qui] organise le passage clandestin d’étrangers à la frontière franco-italienne ».

>> A lire aussi : Deux Azuréens jugés pour avoir aidé des migrants

« On fait son boulot »

Eric Ciotti pointe « les pratiques intolérables qui ont actuellement cours dans la vallée de la Roya de la part de "délinquants" qui exploitent chaque jour la détresse humaine, en particulier celle des mineurs, en se transformant en passeurs. »

Des propos jugés intolérables pour Cédric Herrou, un agriculteur qui accueille chez lui une vingtaine de migrants depuis plusieurs mois. « Il est gonflé. On fait son boulot et il nous traite de gangsters, estime celui qui sera jugé le 4 janvier devant le tribunal de Nice. Si ces gamins sont chez moi, c’est que le département qui en a la charge ne les gère pas. »

>> A lire aussi : Ceux qui ont aidé des migrants «doivent être remerciés, pas condamnés», estime Cécile Duflot

« Une plainte en délaissement »

Le signalement d'Eric Ciotti est une réaction à la plainte déposée par plus de 300 citoyens en fin de semaine dernière à l’encontre conseil départemental, du conseil régional, du préfet et des services de l’aide sociale à l’enfance. « Nous demandons que les pouvoirs publics respectent la loi concernant les mineurs », indique le collectif. « C’est une plainte en délaissement de personne ne pouvant se protéger », dit l’avocate à l’origine de la procédure Françoise Cotta.

Eric Ciotti, lui, considère que le conseil départemental « assume pleinement sa responsabilité » en hébergeant, en ce moment, 207 mineurs.

>> A lire aussi : Claire, toujours à l'amende pour avoir aidé deux Érythréens