Nice: Seules 10% des victimes de l'attentat ont été indemnisées

ATTENTAT Elles auraient également des difficultés pour porter plainte…

M.F.

— 

Des fleurs et des mots en hoimmage aux victimes de l'attentat du 14 juillet sur la Promenade des Anglais, dans le jardin Albert Ier à Nice, le 28 juillet 2016.
Des fleurs et des mots en hoimmage aux victimes de l'attentat du 14 juillet sur la Promenade des Anglais, dans le jardin Albert Ier à Nice, le 28 juillet 2016. — Stephen Simpson/Shutter/SIPA

Plus de quatre mois après l’attentat de Nice, seules 10 % des victimes ont reçu des indemnités. C’est en tout cas ce qu’affirme le secrétaire général de la Fenvac (fédération nationale des victimes d’attentats et d’accidents collectifs), Stéphane Gicquel.

Les indemnités arrivent au compte-gouttes. « Ça concerne seulement 10 % des personnes, explique-t-il au micro de France Bleu Azur. 1 200 personnes ont déposé une demande de reconnaissance. Aujourd’hui, on a un vrai problème de preuves. Je siège au conseil d’administration du fonds d’indemnisation et nous avons eu des débats ubuesques. »

Un comité pour un mémorial

La principale difficulté que rencontre l’Etat, c’est de déterminer qui est victime, et qui ne l’est pas. « On nous a notamment dit que les gens qui étaient sur le terre-plein de la promenade ne peuvent pas être considérés comme victimes car le camion n’était pas sur le terre-plein ou encore que les gens qui étaient sur l’autre voie de circulation ont été exclus également », regrette Stéphane Gicquel.

Toujours selon le secrétaire général de la Fenvac, toutes les personnes concernées n’ont pas porté plainte. La raison ? Seul un unique lieu peut recevoir les victimes : la caserne Auvare. « La caserne ne peut prendre qu’une trentaine de plaintes par semaine. Nous sommes à deux voire trois mois d’attente, dit-il. » Semon lui, 700 personnes n’ont pas pu porter plainte à ce jour.

Parallèlement, un comité a vu le jour ce jeudi pour l’établissement d’un lieu en mémoire aux 86 victimes de l’attentat, fauchées par le camion sur la promenade des Anglais le 14 juillet.