Côte d'Azur: Pour sauver ses champs de fleurs, Chanel veut changer le tracé de la future ligne TGV

FERROVIAIRE La marque soutient la ville de Cannes qui souhaite une gare sur son littoral et pas dans les terres...

Fabien Binacchi

— 

Les champs d'iris de Chanel à Pégomas, près de Cannes, dans les Alpes-Maritimes
Les champs d'iris de Chanel à Pégomas, près de Cannes, dans les Alpes-Maritimes — Pierre Even / Chanel

Si la maison de luxe française affiche son soutien à la ville de Cannes ces derniers jours, ce n’est pas pour l’organisation d’un événement glamour sur la Croisette. Mais parce que Chanel, comme la cité des festivals, espère « une modification du projet de Ligne Nouvelle Provence Côte d’Azur (LNPCA) », annonce la marque dans un communiqué.

Le tracé du projet de LNPCA
Le tracé du projet de LNPCA - SNCF Réseau

Le gargantuesque chantier de ce tracé ferroviaire à haute vitesse mettrait en péril l’activité de ses prestigieux champs de fleurs installés à l’ouest des Alpes-Maritimes. « Ce site jusqu’alors protégé est face à une nouvelle menace », alerte Chanel, qui s’était déjà battue, en 2009, contre l’installation d’un centre de déchets à proximité.

En l’état, « le projet de LNPCA pourrait nécessiter un franchissement de la vallée de la Siagne à hauteur de la commune de Pégomas, avec la réalisation d’un viaduc traversant les champs de fleurs », redoute la direction de l’entreprise.

>> A lire aussi : C'est dans ces hectares que Chanel fabrique ses nectars

Ce tracé « contraindrait Chanel à cesser de soutenir ces activités »

« Il va de soi que […] le passage régulier de trains […] contraindrait Chanel à cesser de soutenir ces activités artisanales dans la région », met aussi en garde la marque française.

Depuis 30 ans, dans cette commune de Pégomas, elle est la partenaire privilégiée des Mul, une famille d’horticulteurs du cru qui lui fournit jasmin, iris, roses de mai et autres tubéreuses pour ses parfums les plus précieux. Et notamment « l’Extrait » de Chanel n°5.

Dans la région, Chanel a également « introduit de nouvelles plantes à parfum, quasiment disparues de la région », et « soutenu la candidature du Pays de Grasse au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco » sur les « Savoir-faire liés au parfum », rappelle-t-elle.

>> A lire aussi : Les parfums de Grasse enivreront-ils l'Unesco ?

Implanter la nouvelle gare à l’ouest de Cannes

La marque milite donc pour une autre voie. Elle supporte la proposition de la ville de Cannes « d’implanter la nouvelle gare Ouest Provence Côte d’Azur à Cannes-La-Bocca, sur le site de l’ancienne gare de marchandises ». Un soutien de taille dont le maire (LR) de la cité des festivals, David Lisnard, s’est « réjoui » dans un communiqué. Mi-novembre, la ville a lancé une pétition sur son site Internet pour appuyer son souhait.

Estimé à 12 milliards d’euros, le projet de LNPCA prévoit une nouvelle ligne ferroviaire entre Marseille, Toulon et Nice, dont la construction devrait s’étaler jusqu’en 2050. Une concertation publique est ouverte jusqu’au 30 décembre pour arrêter le tracé définitif.