Côte d'Azur: Deux nouveaux loups tués, le quota de «tirs de prélèvement» épuisé

ENVIRONNEMENT Seuls quatre « tirs de défense » sont désormais autorisés jusqu’à l’été 2017…

Fabien Binacchi

— 

Un loup dans le parc du Mercantour, le 13 novembre 2013
Un loup dans le parc du Mercantour, le 13 novembre 2013 — VALERY HACHE / AFP

Le « quota » est épuisé. Plus aucun « tir de prélèvement » n’est désormais autorisé après la mort de deux nouveaux loups (un mâle et une femelle adultes), abattus samedi matin sur le territoire de la commune de Coursegoules, au-dessus de Grasse, a annoncé la préfecture des Alpes-Maritimes ce lundi.

Seuls des « tirs de défense » sont désormais permis pour quatre autres individus. « Les arrêtés préfectoraux ordonnant des tirs de prélèvements sur le territoire national cessent de produire leurs effets et toutes les opérations associées sont arrêtées », indiquent également les services de l’Etat.

>> A lire aussi : Pourquoi autant de loups sont-ils tués dans les Alpes-Maritimes ?

Douze spécimens tués dans les Alpes-Maritimes

Depuis le 5 juillet, et la publication d’un arrêté ministériel fixant à 36 le nombre de spécimens pouvant être prélevés sur le territoire national dans la période 2016-2017, 32 ont déjà été tués, dont douze dans le seul département des Alpes-Maritimes.

Les dispositions ministérielles prévoient que les quatre individus restant peuvent être tués à l’occasion de tirs de défense. Et seulement de tirs de défense. C’est-à-dire en cas de menace directe sur des troupeaux.