Cannes: Ces graines germées à acheter (et à manger) «encore vivantes»

CONSOMMATION Elles sont vendues dans la barquette plastique où elles ont grandi…

Mathilde Frénois

— 

Daniel Basles cultive ses boîtes de graines germées à Cannes-La-Bocca.
Daniel Basles cultive ses boîtes de graines germées à Cannes-La-Bocca. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes

Daniel Basles est inscrit à la chambre d’agriculture… sans jamais avoir touché la terre. Si ce Cannois cultive des graines germées sans pioche ni pelle, c’est qu’il fait pousser ses petites pousses directement dans des barquettes, où elles seront vendues.

« On reconstitue la vitalité du jardin dans quelques centimètres carrés », vante-t-il. Car c’est dans ces boîtes en plastique noir, tamisées d’un filtre à charbon filtrant l’eau, que Daniel plante ses graines. Au bout de trois jours de brumisation, les pousses atteignent 10 cm de haut. Elles sont alors prêtes à partir dans les grands magasins de la Côte d’Azur, les épiceries bios et le marché Forville de Cannes.

Sans reconditionnement

Pour Daniel, pas question de couper les pousses avant de les expédier. Les graines germées partent avec leurs racines ancrées dans la barquette, sans reconditionnement, direction les frigos des consommateurs.

« Le produit garde toutes ses qualités nutritives en minéraux, oligoéléments et vitamines, car l’aliment est toujours vivant, soutient-il. Les industriels, eux, récoltent puis mettent dans des barquettes. Ce qui réduit la durée de vie. » Ces trèfles, lentilles, fenouils ou radis sont vendus « encore vivants » 2,50 €.