Cannes: Mise en examen, Chantal Azemar-Morandini démissionne de son poste d'adjointe au maire

JUSTICE L’élue est soupçonnée de détournement de fonds dans le cadre de ses activités d’avocate…

D.B. avec AFP

— 

La mairie de Cannes (illustration).
La mairie de Cannes (illustration). — Christophe Finot / Creative Commons

Adjointe à la mairie de Cannes en charge de l’éducation et de la vie scolaire, Chantal Azemar-Morandini a démissionné ce vendredi, a indiqué le maire de la ville David Lisnard (LR).

« Mise en cause en tant qu’avocate, dans un dossier qui n’a rien à voir avec la mairie, Me Azemar-Morandini démissionne du conseil municipal afin de disposer du temps nécessaire à sa défense », a expliqué le maire dans un communiqué de presse.

Elle a reconnu les faits

Chantal Azemar-Morandini a été mise en examen mercredi pour des faits de détournement de fonds au préjudice de l’ordre des avocats qu’elle a reconnu, a indiqué le parquet de Grasse. «  Elle a reconnu les faits et été mise en examen pour faux en écriture publique et privée et abus de confiance », a précisé à l’AFP le procureur de Grasse, Georges Gutierrez.

>> A lire aussi : Une avocate, adjointe à la mairie de Cannes, en garde à vue

Le détournement de fonds qu’elle reconnaît porte sur un montant de 140 000 euros mais les enquêteurs totalisent provisoirement un montant plus élevé, de 400 000 euros. L’argent était puisé dans la caisse de la Carpa, la Caisse autonome des règlements pécuniaires des avocats, un fonds géré par l’ordre des avocats où transitent les sommes réglées par les personnes condamnées ou qui sert à faire des avances dans les procès civils.

Interdiction d’exercer sa profession

« C’est de la cavalerie », a expliqué le procureur. « Elle a commencé à avoir des problèmes d’argent et a prélevé sur le compte d’un client puis sur celui d’un autre pour renflouer le premier. »

« Elle est placée sous contrôle judiciaire avec interdiction d’exercer, de se rendre à son cabinet d’avocat et une caution de 200 000 euros », a-t-il ajouté.