Nice: La gauche demande l'arrêt du chantier du tram (et donne ses sept raisons)

TRAVAUX Les élus du groupe «Un autre avenir pour la métropole» pourrait déposer un vœu lors du prochain conseil pour la suspension provisoire des travaux…

Mathilde Frénois

— 

L'avant du tunnelier et la roue de coupe, vue de l'arrière
L'avant du tunnelier et la roue de coupe, vue de l'arrière — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

Ils étaient déjà contre le projet de creusement du tunnel du tramway de Nice. Désormais, les élus socialistes niçois demandent l’arrêt provisoire des travaux. Suite aux fissures apparues sur un immeuble de la rue Dubouchage, ils veulent que la progression du tunnelier soit stoppée.

>> A lire aussi : Le creusement du tram laisserait-il des traces (et des fissures) sur les immeubles ?

Pour ce faire, le conseiller municipal et métropolitain Patrick Allemand fait la liste des raisons qui les poussent à demander une pause dans les travaux. Pêle-mêle, il note les fissures apparues sur certains bâtiments dont le 27 rue Dubouchage, la perpendicularité du tunnel par rapport aux voies d’écoulement, le chargement du sol en eau, les tassements, la complexité du sous-sol avec ses nappes et les sous-écoulements du Paillon.

« Les désordres n’étant que d’ordre esthétique »

« Les tassements apparus n’ont rien d’inquiétants, rassure la métropole qui gère le dossier du tram. Le rapport ne fait état d’aucune menace au niveau de la structure du bâtiment, les désordres n’étant que d’ordre esthétique. »

>> A lire aussi : Les intempéries font réagir les opposants au tram en souterrain

Patrick Allemand précise aussi que le professeur Gilli, universitaire et géologue, « n’a jamais eu accès aux données géologiques précises sur lesquelles s’est fondée l’étude et au dossier d’étude d’impact ».

« M. Allemand ne veut pas de la ligne 2 depuis le début. Alors qu’il a tout fait pour que les recours aboutissent, il en est désormais aux mensonges », se défend la métropole dans un communiqué.

Sous le boulevard Dubouchage

Conscient que le tunnel ne pourra pas être comblé et que le chantier ne prendra pas terme définitivement, le conseiller municipal PS demande l’arrêt provisoire du chantier. « Il ne faut pas stopper les travaux, répond la métropole. L’injection de calage des voussoirs constituant le revêtement intérieur du tunnel doit être réalisée au fur et à mesure du creusement. C’est lui qui assure le maintien du terrain en place et donc la minimisation des déformations en surface. »

Le tunnelier se trouve désormais sous le boulevard Dubouchage à mi-parcours de l’arrivée à l’avenue Jean-Médecin.