Nice: Trois musiques de film de Francis Lai que vous connaissez forcément

MUSIQUE Le compositeur niçois de musiques de films est le parrain du festival C’est pas Classique qui débute ce vendredi…

Mathilde Frénois

— 

Le compositeur niçois Francis Lai est parrain du festival C'est pas classique.
Le compositeur niçois Francis Lai est parrain du festival C'est pas classique. — S. De Bourgies

Ses mélodies sont indissociables de leurs films. Le compositeur des airs de plus de cent longs-métrages Francis Lai est le parrain du festival  C’est pas classique. Ce vendredi soir à Nice, la soirée d’ouverture de l’ orchestre philharmonique de Nice lui est dédiée. Voici trois musiques de film de Francis Lai que vous connaissez forcément.

Love Story. C’est le film qui lui a offert une réussite internationale. Avec Love Story, le Niçois Francis Lai décroche l’ Oscar de la meilleure musique de film à Hollywood en 1970. Depuis, cette musique de film trotte dans un coin de la tête de ceux qui l’ont visionné.

« Je m’attache beaucoup à la mélodie, explique-t-il à 20 Minutes. Quand vous réussissez à trouver des harmonies originales et une personnalité, vous avez la possibilité ensuite de la décliner en jazz, en bossa-nova, en classique. La mélodie est le secret de toutes les musiques. »

Un homme et une femmeCe film de Claude Lellouch lui vaudra également une nomination aux Oscars. S’il ne décroche pas le fameux trophée, c’est assurément le film qui l’aura popularisé. Ses « chabadabada » décrocheront le Golden Globe de la meilleure chanson originale.

Mais alors, comment a-t-il trouvé ce thème entêtant ? « J’ai la chance de travailler avec le réalisateur Claude Lellouch qui adore la musique et qui considère la musique. Elle doit être écrite et réalisée avant le tournage, affirme-t-il. Je travaille uniquement sur l’histoire. Ensuite, il me demande de la raconter avec des notes. Ce qu’il souhaite c’est que la musique joue son propre rôle. Elle devient un acteur dans son film. Elle est toujours en contrepoint avec l’image, elle apporte sa personnalité et son émotion. »

Un plus Une. Francis Lai a toujours des projets, surtout avec son réalisateur attitré Claude Lellouch. Dernièrement, c’est le film Un plus une avec Jean Dujardin qui a été projeté sous les airs signés du réalisateur niçois.

« La musique de film est devenue un genre propre, estime-t-il. Jusqu’à maintenant, elle était mise à l’écart et inconsidérée. On estimait qu’on ne savait pas si c’était de la musique classique, symphonique ou de variété. Maintenant, elle a pris sa propre voie. Il y a de plus en plus de concerts de musique de cinéma avec de grands orchestres philharmoniques. »