Nice: Jacqueline Veyrac retrouvée saine et sauve, deux hommes interpellés

FAIT DIVERS Elle avait été enlevée par trois personnes, lundi midi, à proximité de son domicile niçois…

Fabien Binacchi et Mathilde Frénois

— 

Voiture de police - Illustration
Voiture de police - Illustration — LOIC VENANCE / AFP

Un peu plus de 48 heures après son kidnapping, dans le centre de Nice, Jacqueline Veyrac a été retrouvée saine et sauve à l’ouest de la ville, ce mercredi avant 14 h, fait savoir la police. La femme d’affaires de 76 ans est «en apparence en bonne santé», précise l’avocate de ses enfants, Me Sophie Jonquet.

Deux hommes ont été interpellés ce mercredi en début d’après-midi, indique par ailleurs une source policière à 20 Minutes. Le procureur de la République de Nice, Jean-Michel Prêtre, doit tenir une conférence de presse ce mercredi à 18 h.

>> A lire aussi : Suivez en direct les précisions du procureur de la République

C’est vraisemblablement grâce au signalement de passants que la septuagénaire a été retrouvée à l’arrière d’un véhicule utilitaire dans le quartier Saquier, à proximité du centre commercial Nice Lingostière.

La septuagénaire a été retrouvée dans l'ouest de Nice
La septuagénaire a été retrouvée dans l'ouest de Nice - Google Maps

La propriétaire du Grand Hôtel de Cannes « était ligotée dans le coffre du véhicule, a précisé à 20 Minutes Me Sophie Jonquet. C’est un grand soulagement pour sa famille qui est en train de la rejoindre. »

>> A lire aussi : Enlèvement de Jacqueline Veyrac à Nice. Les ravisseurs ont pris contact avec son fils

Déjà ciblée par une tentative de kidnapping en 2013

Une enquête, ouverte pour « enlèvement et séquestration en bande organisée » et « association de malfaiteurs », a été confiée à la police judiciaire. Jacqueline Veyrac devrait être « auditionnée à chaud pour ne pas que les souvenirs s’envolent », indique également Me Jonquet. La femme d’affaires se constituera sans doute partie civile.

La femme d’affaires avait déjà échappé de peu à une tentative de kidnapping, en 2013. La police n’avait pas pu retrouver la trace des ravisseurs, ni déterminer leur mobile.