Attaque du 14 juillet: Nice adopte un plan «post-attentat»

MESURES Plus de vingt délibérations ont été votées jeudi en conseil municipal...

Côme Hel

— 

Un membre de la police municipale à Nice le 4 mars 2014
Un membre de la police municipale à Nice le 4 mars 2014 — Valery Hache AFP

De la gravité, un catalogue de délibérations diverses et variées et (presque) pas d’escarmouches entre élus. Hier, le premier conseil municipal de Nice organisé depuis l’attentat du 14 juillet s’est penché sur les suites de l’effroyable attaque. 20 Minutes vous détaille les décisions les plus emblématiques.

>> A lire aussi : Après l'attentat, la ville de Nice compte sécuriser la promenade des Anglais

Entraînements et vigiles. Plusieurs millions d’euros vont être investis pour la sécurisation des bâtiments et espaces publics, suivant, entre autres, les préconisations du groupe Lotan, une société de sécurité israélienne. Plusieurs « axes d’amélioration » sont identifiés, selon le premier adjoint Christian Estrosi. Et notamment l’adaptation de certaines alarmes, une formation accrue des agents municipaux et l’organisation régulière d’exercices.

Devant les écoles, la présence des vigiles privés sera élargie de 7 h 30 à 13 h 30 et de 15 h 30 à 18 h après la Toussaint. Le déploiement du dispositif « bouton d’alerte » va aussi se poursuivre, a indiqué le maire Philippe Pradal.

Une visite et des livres. Les 3.500 élèves de CM2 seront invités à visiter le mémorial du camp d’internement et de déportation des Milles à Aix-en-Provence « dans une opération de sensibilisation citoyenne ». La ville va également signer un partenariat avec les Editions Mémoires Millénaires. Elles distribueront des livres à caractère patrimonial et historique aux enfants des quartiers prioritaires.

Hommage aux défunts. Des plaques commémoratives pourront être installées au sein des écoles des enfants décédés lors de l’attentat, en fonction du désir des familles. « Elles seront accompagnées d’un travail pédagogique », précise l’adjoint à l’éducation Lauriano Azinheirinha. Une rue portera le nom d’Emmanuel Grout, directeur départemental adjoint de la police aux frontières, également tué le 14 juillet.

Artistes et solidarité. Plus de 255.000 euros de dons du monde entier ont déjà été récoltés par le CCAS pour les victimes et leurs proches. D’autres fonds viendront d’une vente aux enchères prévue dimanche. Et la ville a également prévu d’organiser dans les prochaines semaines un concert au Palais Nikaïa, dont les bénéfices seront intégralement reversés.

>> A lire aussi : Un «plan de sécurité intérieure» de plusieurs millions pour la région Paca