Cannes : Un an après le déluge meurtrier, des collégiens s’exercent pour faire face aux inondations

PRÉVENTION Il y a un an jour pour jour, la Côte d'Azur était sous les eaux...

Fabien Binacchi

— 

Des élèves du collège Capron, à Cannes, vérifient que les fenêtres de leur classe sont bien vérouillées, le lundi 3 octobre 2016, à l'ocassion d'un exxercice de prévention des inondations
Des élèves du collège Capron, à Cannes, vérifient que les fenêtres de leur classe sont bien vérouillées, le lundi 3 octobre 2016, à l'ocassion d'un exxercice de prévention des inondations — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

Ce lundi matin, une classe de 4e du collège Capron à Cannes. Les élèves et leur professeure, qui corrigent une dictée, sont interrompus par une voix sortie des haut-parleurs. La proviseure de cet établissement de l’Est de la cité des festivals annonce le début d’une procédure de « mise en sûreté ». Une inondation menace (pour de faux).

Un an jour pour jour après le déluge meurtrier qui s’était abattu sur la Côte d’Azur le soir du 3 octobre 2015, des hommages, des cérémonies du souvenir, mais aussi des actions de prévention étaient organisées ce lundi dans les Alpes-Maritimes, et notamment à Cannes où cinq personnes avaient perdu la vie.

>> A lire aussi : Depuis le déluge meurtrier sur la Côte d'Azur, ce qui a été fait et ce qui reste à faire

« Ça pourrait nous sauver la vie »

Depuis leur classe, située de plain-pied, les élèves s’élancent vers les étages supérieurs où ils trouvent refuge dans une autre salle. « On vérifie que les fenêtres sont bien verrouillées et on se tient prêt à monter sur les tables au cas où », annonce leur enseignante.

Une opération de quelques minutes qui pourraient « leur sauver la vie », réalise Laureline. « J’étais chez une amie, sur le boulevard de la République, quand [les intempéries du 3 octobre 2015] sont arrivées, raconte la jeune fille. C’était effrayant. On sait qu’il y a eu des morts alors c’est rassurant de se préparer au cas où cela se reproduirait ».

« Certains enfants avaient du être relogés »

« Certains ont été traumatisés, touchés de près. Nous avons quelques élèves qui avaient dû, ce soir-là, être relogés, explique Christine Frébault, professeur de français. Ils sont très conscients du problème, même si cet exercice était une première ». Il a été organisé dans 90 établissements des Alpes-Maritimes et 84 dans le département du Var.

Déjà sensibilisés au risque incendie et désormais au risque attentat, les élèves du collège auront également droit chaque année à cette prévention contre la menace inondation.

>> A lire aussi : Des campings fermés après les inondations sur la Côte d'Azur réclament des indemnisations