Nice: Un fonds d'aide pour les entreprises impactées par l'attentat

COMMERCE Une enveloppe de deux millions d’euros est prévue pour les commerces situés à l’est du boulevard Gambetta et au sud de l’avenue Thiers…

Mathilde Frénois

— 

La Promenade des Anglais et la plage à Nice le 17 juillet 2016
La Promenade des Anglais et la plage à Nice le 17 juillet 2016 — Valery HACHE AFP

La délibération devrait être votée ce vendredi en conseil métropolitain. Celle d’un fonds exceptionnel d’aide aux entreprises suite à l’ attentat du 14 juillet à Nice pour indemniser les commerces impactés par la baisse d’affluence consécutive à l’attaque.

>> A lire aussi : Après l'attentat, le tourisme accuse le coup

Il cible les petites entreprises de moins de vingt salariés impactées du 15 juillet au 15 septembre, sur la base d’une perte de 20 % du chiffre d’affaires. Pour bénéficier de l’indemnisation de la métropole, ces sociétés doivent avoir leurs locaux à l’est du boulevard Gambetta et au sud de l’avenue Thiers. Le financement du plan est multipartenarial : la métropole, la CCI Côte d’Azur et la chambre de métiers et de l’artisanat de la région Paca mettent la main à la poche à auteur de deux millions d’euros.

« Une bouffée d’oxygène »

« C’est une bouffée d’oxygène pour les commerçants, se réjouit Philippe Desjardins, président de la fédération des commerçants niçois et de l’artisanat à Nice. Avec les autres aides, ça permettra de tenir jusqu’à décembre avec une trésorerie correcte. »

S’il trouve que ce fond est « une très bonne chose », Philippe Desjardins déplore l’existence du critère de la zone. « J’opte plutôt pour un dépôt de dossiers », explique-t-il. Selon lui, des entreprises dont les locaux sont loin de Nice ont aussi vu leur chiffre d’affaires baisser : « Je connais une personne qui travaille dans la rénovation des bateaux. Il est touché alors que ses bureaux ne sont pas au port de Nice. »

« Un périmètre injuste »

Les élus PS aussi trouvent ce « périmètre injuste ». Mais ils ne demandent pas sa suppression, uniquement son agrandissement. Ils estiment que des commerces en dehors de ce secteur ont également « subi le contrecoup des départs précipités des touristes », dit Patrick Allemand, conseiller municipal PS.

Les élus de l’opposition souhaitent donc inclure au fonds d’indemnisation les quartiers qui longent la promenade des Anglais : Saint Philippe, Grosso, Magnan, Lenval, Fabron, Bosquets jusqu’à Carras.

Jusqu’à -70 % de chiffre d’affaires

Et pour appuyer leurs propos, ils ont enregistré une dizaine de témoignages. Sur la vidéo, des pizzaïolos, des vendeurs de souvenirs et des boulangers déplorant un chiffre d’affaires en baisse entre -20 et -70 %. « Ils travaillent grâce aux locations de vacances dans le quartier, explique Patrick Allemand. Certains magasins d’articles de plage ont enregistré une baisse de -70 %. »

En plus du départ anticipé des touristes mi-juillet, les élus PS pointent la fermeture de la promenade et des plages les quatre jours suivant l’attentat. « Le plus étonnant c’est que l’attentat commence à Lenval et les commerçants de ces quartiers sont exclus du fond », renchérit Paul Cuturello, conseiller municipal d’opposition.

Le groupe affirme qu’il votera la délibération vendredi mais souhaite que la question du secteur soit revue.