Région Paca: La note des frais de bouche de Christian Estrosi trop salée ?

FINANCES La collectivité a voté un budget prévisionnel de 27.000 euros dans dix établissements...

Fabien Binacchi

— 

Christian Estrosi a, depuis longtemps, ses habitudes au restaurant La Petite Maison, à Nice
Christian Estrosi a, depuis longtemps, ses habitudes au restaurant La Petite Maison, à Nice — M. Frénois / ANP / 20 Minutes

La facture « restaurants » est-elle trop salée dans les comptes de la région Paca ? Dans son édition de mercredi, Le Canard enchaîné pointe en tout cas « la copieuse enveloppe » qu’a fait voter cet été le président de la collectivité (LR) Christian Estrosi pour « ses notes de frais de bouche ». Soit 27.000 euros pour l’année 2016 dans des restaurants gastronomiques.

Publiée sur le site Internet du Conseil régional, la « délégation d’attributions au président du conseil régional », passée en revue le 24 juin dernier, prévoit en effet ce budget prévisionnel dans les dix établissements du « référentiel de restaurants pour l’année 2016 à destination des élus et leurs invités à l’occasion de repas d''intérêt régional' ».

A 63 euros la bouillabaisse sur le Vieux-Port de Marseille

Quatre à Marseille, trois autres à Nice (dont le restaurant d’application du lycée hôtelier Paul-Augier), un à Gap, un à Digne-les-Bains et un dernier à Paris.

« Ils sont effectivement en compte avec nous. On leur envoie les factures. Ils viennent de temps en temps, mais ils ne mangent pas beaucoup », sourit Christian Buffa, le patron du Miramar, sur le Vieux-Port de Marseille. Dans ce restaurant gastronomique de la cité phocéenne, où la région a prévu jusqu’à 5.000 euros d’additions, la « vraie bouillabaisse » est tout de même affichée à 63 euros, comme le fait remarquer Le Canard enchaîné.

Le conseil régional a aussi jeté son dévolu, avec une enveloppe de 3.000 euros, sur La Petite Maison, à l’entrée du Vieux-Nice. Un établissement huppé et sélect où Christian Estrosi, avant maire de Nice, a depuis longtemps ses habitudes.

« Il s’agit de montants maximums », précise la région 

Dans l’entourage du président de la collectivité régionale, on s’étonnait ce mercredi : « Il s’agit de procédures très classiques indiquant des montants maximums, qui sont à peu près semblables à ceux de la précédente mandature ».

Selon des chiffres communiqués par le conseil régional, à date, les notes de frais de bouche des élus, cumulées depuis le début de l’année, s’élèveraient à 2.542 euros. « Avec les frais de certains hauts fonctionnaires de la collectivité, nous en sommes à un peu plus de 3.900 euros au total alors que nous sommes déjà fin septembre », précisait-on aussi du côté de la région.

Et quid du choix haut de gamme de ces établissements ? L’institution relève, en substance, qu’elle s’adapte à l’aura de ces invités qu’elle souhaiterait voir investir dans la région. « Ces repas ont été organisés en présence du patron de Cisco [un géant américain de l’informatique] ou encore d’investisseurs chinois. »