Cancer du sein: A Nice, un institut pour diagnostiquer et opérer en deux journées

SANTÉ La polyclinique Santa-Maria lance un service de «prise en charge rapide et globale»...

Fabien Binacchi
— 
Les responsables de ce nouvel Institut du sein, lundi, dans une salle d'examen
Les responsables de ce nouvel Institut du sein, lundi, dans une salle d'examen — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

« Changer le regard de la patiente sur sa maladie et diminuer l’angoisse ». A Nice, la polyclinique Santa-Maria, qui traite une centaine de cas de cancer du sein chaque année, ouvrira un institut spécialement dédié au suivi de cette pathologie. Ouvert à partir du 1er octobre, il devrait permettre une « prise en charge globale et rapide ».

Avec la possibilité, en fonction de son stade, de traiter la maladie en deux journées. « Le matin, nous procédons à un examen radiologique et éventuellement une biopsie analysés dans la foulée. Et dès l’après-midi, le diagnostic est posé », résume le docteur Bruno Borens, radiologue.

>> A lire aussi : La maternité post-cancer du sein, c’est aujourd’hui possible

« Sur une autre journée, nous pouvons proposer une chirurgie ambulatoire avec un retour au domicile le soir même et un planning de soins postopératoires », ajoute le chirurgien Kaïs Razzouk.

Une infirmière formée à « l’annonce de la maladie »

Sur un même « plateau », cet institut du sein proposera un pôle d’imagerie (mammographie 2D et 3D, échographie, élastographie et IRM) ainsi qu’un pôle de chirurgie carcinologique mais aussi esthétique. Des personnels ont été recrutés pour cette nouvelle structure : une infirmière spécialement formée à « l’annonce de la maladie » aux patientes, une coordinatrice du parcours de soins ainsi qu’une psychologue.

>> A lire aussi : Les déodorants aux sels d'aluminium donnent-ils le cancer du sein?

Intégrée aux locaux de l’hôpital pour enfants Lenval, sur la promenade des Anglais, la polyclinique Santa-Maria est notamment spécialisée dans le secteur obstétrique. Sa maternité s’était retrouvée sous les projecteurs, en 2008, lorsque l’actrice Angelina Jolie y avait donné naissance à des jumeaux.

Chaque année, le cancer du sein touche un millier de femmes en région Paca. Avec un taux de guérison allant de 85 % à 90 %.