Nice: Avencod, la start-up qui favorise l’insertion professionnelle d’autistes

HANDICAP L’autre chemin de l’emploi... 

Mathilde Frénois

— 

La start-up Avencod développe un partenariat avec Amadeus pour faoriser l'intégration professionnelle de personnes autistes.
La start-up Avencod développe un partenariat avec Amadeus pour faoriser l'intégration professionnelle de personnes autistes. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes

L’accès à la vie active est parfois semé d’embûches. Pour rendre ce chemin plus fluide, la start-up niçoise Avencod, installée à la pépinière d’entreprises de la métropole Nice Côte d’Azur labellisée Centre européen d’entreprises et d’innovation, s’est fixé un objectif : augmenter l’employabilité des autistes à haut potentiel.

« On est parti du fait qu’il n’y a pas beaucoup de postes à forte valeur ajoutée proposés aux personnes en situation de handicap, se souvient Laurent Delannoy, cofondateur de la start-up. On s’est aperçu que les métiers du numérique sont ceux de demain. Il nous semblait important d’emmener les personnes en situation de handicap dans ces métiers d’avenir. »

Des freins à l’embauche

La start-up emploie quatre personnes. Ces collaborateurs sont en charge de projets informatiques pour d’autres entreprises. A terme, ces dernières pourront faire le choix d’intégrer le consultant. « L’aspect technique et la culture d’entreprise seront déjà acquis, vante Laurent Delannoy. Cela baisse les freins à l’embauche dans le milieu ordinaire. »

>> A lire aussi: Comment les autistes Asperger perçoivent-ils notre monde du travail?

Et des freins à l’embauche, ses employés en ont connu : « Je suis porteur d’un syndrome d’Asperger et je sais que certains de mes comportements en entretien sont mal appréciés, voire mal vus, raconte Cyril, analyste programmateur. Par exemple, lorsque je parle, je ne regarde pas la personne à laquelle je m’adresse dans les yeux. »

Pas de sonnerie

L’environnement de travail est adapté aux spécificités de fonctionnement de Cyril et des autres collaborateurs. Ici, le téléphone ne sonne pas. « On a mis en place des ‘‘chatroom’’ où le partenaire Amadeus discute avec nos ingénieurs. Il n’y a plus de contact agressif ou stressant », insiste Laurent Delannoy.

>> A lire aussi: «95% des autistes pourraient s'insérer dans le monde du travail»

En novembre, Avencod intégrera cinq autres personnes « dans un cadre de travail favorable pour qu’elles puissent exprimer leur talent et leurs compétences ».