OGC Nice: Même leaders, les Aiglons ne veulent pas «s'enflammer»

FOOTBALL Les Niçois ont remporté leur derby face à Monaco 4 à 0…

Mathilde Frénois

— 

Mario Balotelli avec le maillot de l'OGC Nice
Mario Balotelli avec le maillot de l'OGC Nice — BEBERT BRUNO/SIPA

Après les quatre ballons envoyés au fond des filets face à l’AS Monaco, Jean-Pierre Rivère a été le premier à calmer les ardeurs de ses joueurs, des supporters et des journalistes. Comme il le fait depuis le début de la saison, le président de l' OGC Nice a directement modéré l’emballement, rappelant le fossé financier qui sépare Nice des prétendus cadors de la Ligue 1. « Vous connaissez notre budget et celui des autres, il faut rester à sa place », a prévenu Jean-Pierre Rivère à la fin du match.

>> A lire aussi : Nice et Balotelli marchent sur Monaco et prennent la tête... Revivez le multiplex

« Je pense qu’il y a encore beaucoup de travail. On ne va pas s’enflammer, on n’en est qu’à la sixième journée, poursuit le président du Gym. Au-delà du résultat, j’ai savouré la qualité de jeu. »

« On reste humbles »

Plus terre à terre et auteur une fois de plus de superbes arrêts, Yoan Cardinale a été plus enjoué par la prestation : « C’est un gros coup, se réjouit le gardien rouge et noir. C’est toujours important de gagner un derby. On a été onze à faire un gros match, il n’y a pas de héros. »

>> A lire aussi : Après un rude contact avec le gardien Cardinale, Falcao finit la soirée à l'hôpital

Très loin de croire déjà acquis le haut du classement, les autres joueurs voient plutôt un signe très encourageant pour la suite de la saison. « Ça fait plaisir de gagner de cette manière, se réjouit le capitaine du Gym Paul Baysse. On sait que c’est une saison avec beaucoup de matchs, on est l’une des plus jeunes équipes d’Europe. On reste humbles et on a encore beaucoup de travail pour continuer à progresser. »

Pour le meneur de jeu Younès Belhanda aussi, l’essentiel est de ne pas faire preuve de trop d’assurance : « C’est toujours mieux d’être premiers que dernier, estime-t-il. On prend ce qu’on a. A nous de ne pas nous enflammer. »