Nice: Le traitement du premier patient par «protonthérapie» vient de débuter

CANCER Le centre Antoine-Lacassagne revendique un procédé « unique au monde »…

Fabien Binacchi

— 

Proteus One vient d'être utilisé pour la première fois
Proteus One vient d'être utilisé pour la première fois — CAL

Une nouvelle piste lorsque d’autres voies d’intervention sont impossibles. Le traitement du premier patient par « protonthérapie de haute énergie », grâce à un dispositif « unique au monde », a débuté à l’Institut méditerranéen de protonthérapie, rattaché au centre de lutte contre le cancer de Nice Antoine-Lacassagne, a-t-il annoncé ce lundi.

« La première patiente bénéficiant de cette technologie innovante est atteinte d’une tumeur cérébrale qui ne pouvait être traitée par chirurgie, explique le Dr Pierre-Yves Bondiau, radiothérapeute et directeur de l’Institut méditerranéen de protonthérapie. Grâce à cette technique, une dose précise et élevée de radiation par protons est délivrée sur la tumeur tout en préservant efficacement les tissus sains environnants. »

>> A lire aussi : Un test sanguin précoce pour dépister le cancer du poumon

Davantage ciblés et mieux tolérés par les patients

Inauguré en juin dernier et baptisé Proteus One, l’appareil qui a commencé à délivrer le traitement de cette toute première patiente est « un accélérateur de protons unique au monde grâce à sa compacité et sa précision », indique la direction du centre. Un espoir dans la lutte contre le cancer.

Contrairement à la radiothérapie classique qui utilise des rayons X, la protonthérapie est réalisée avec des protons dotés de propriétés physiques plus efficaces et mieux tolérées par les patients, selon les spécialistes de l’institut.

« Arrivés sur la cible tumorale, ils libèrent toute leur énergie, provoquent sa destruction et ils s’arrêtent là, protégeant ainsi les tissus sains environnants », vantent-ils.