Primaire à droite: Au Cannet, ils tournent le dos à Sarkozy pour Copé

PRÉSIDENTIELLE Le député-maire (LR) de Meaux y lançait sa campagne ce dimanche...

Fabien Binacchi

— 

Dimanche, des centaines de sympathisants étaient réunies au Cannet
Dimanche, des centaines de sympathisants étaient réunies au Cannet — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

« Si Sarkozy se retrouvait face à Hollande, au second tour en 2017, je voterai pour le second », lâche un spectateur. Dimanche midi, dans les jardins du Tivoli, au Cannet, l’ex-président, pourtant largement soutenu par les parlementaires azuréens dans la course à la primaire de la droite et du centre, n’était pas vraiment en odeur de sainteté.

>> A lire aussi : Primaire à droite, on vous présente les 8 candidats déclarés

Plusieurs centaines de sympathisants s’étaient réunies là pour écouter un autre candidat. C’est dans cette commune des Alpes-Maritimes, département le plus sarkoziste de France en 2012 (64,23 % des voix), que le candidat Jean-François Copé lançait sa campagne.

« Promesses non tenues »

Si tous n’avaient pas encore arrêté leur choix, beaucoup se montraient en tout cas critiques envers l’ancien chef de l’Etat. « Sarkozy a détérioré l’image de la France à l’étranger. Ses promesses, il ne les a pas tenues », lance Vanessa, 31 ans.

« Je l’avais beaucoup soutenu sur les dernières présidentielles, mais il y a eu trop de rétropédalages, surtout sur l’identité nationale », souffle aussi Robert, retraité.

>> A lire aussi : Primaire de la droite: Quand Copé raille Sarkozy sur le lancement de sa campagne

A la tribune, Jean-François Copé, « innocenté » dans « l’affaire des comptes de campagne de Sarkozy » a aussi taclé l’ancien président, promettant la « vraie rupture » non « concrétisée » par ce dernier.

« J’avais fait les campagnes de Sarkozy à fond. Mais il m’a déçue, glissait aussi Jacqueline Dauchy, ancienne élue grassoise. Il a dit que l’affaire Bygmalion, c’était l’affaire Copé. Mais on ne prend pas sa propre poubelle pour la mettre chez le voisin. » Ambiance.

Dans les Alpes-Maritimes, la députée-maire LR du Cannet Michèle Tabarot est la seule des douze parlementaires de droite à soutenir Jean-François Copé. Neuf roulent pour Nicolas Sarkozy, un autre soutien François Fillon et le dernier est derrière Alain Juppé.