Procès de l'ancien électricien de Picasso: La défense se redessine avec Éric Dupond-Moretti

INFO «20 MINUTES» Condamné pour le « recel » de 271 œuvres, Pierre Le Guennec et son épouse seront défendus par la star du barreau en appel…

Fabien Binacchi

— 

Me Dupond-Moretti, le 9 septembre 2012, au Palais de justice de Paris.
Me Dupond-Moretti, le 9 septembre 2012, au Palais de justice de Paris. — J. SAGET /AFP

« Je veux laver mon honneur et que le mot “voleur” disparaisse enfin. Je ne le supporte pas. » Plus assuré que lors de son premier procès, devant le tribunal correctionnel de Grasse en 2015, Pierre Le Guennec attend désormais son jugement en appel « avec impatience ».

Pierre Le Guennec, son épouse, leur avocate, lundi matin au palais de justice de Grasse
Pierre Le Guennec, son épouse, leur avocate, lundi matin au palais de justice de Grasse - F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

A presque 77 ans, l’ancien électricien de Picasso, condamné comme son épouse à deux ans de prison avec sursis pour le recel de 271 œuvres du maître, sera au centre d’une nouvelle audience, à partir du 31 octobre devant la cour d’appel d’Aix-en-Provence. Et avec un allié de taille. Me Eric Dupond-Moretti, l’« Acquittator » des prétoires, sera du côté de la défense, a confirmé l’avocat, mardi, à 20 Minutes.

>> A lire aussi : L'électricien de Picasso condamné à 2 ans de prison avec sursis pour «recel» d’œuvres

Jacqueline Picasso qui aurait offert les tableaux

Un soutien de poids pour faire valoir la thèse que les époux Le Guennec n’ont cessé de répéter depuis 2010 et le début de cette affaire qui a fait le tour du monde. Ce serait Jacqueline Picasso, l’épouse de Pablo, qui aurait elle-même offert à l’ancien employé du peintre, dans sa villa mouginoise Notre-Dame-de-Vie, un carton rempli d’œuvres.

Des toiles, des dessins et des collages, dont beaucoup d’études, non signés, que le tribunal correctionnel de Grasse avait décidé de remettre à la succession Picasso, concluant qu’ils avaient été recélés par l’électricien et sa femme.

>> A lire aussi : Dans l'Affaire Picasso, un avocat évoque la piste d'un «blanchiment international d’œuvres»

Un livre plaidoyer pour leur défense

Avant ce second procès, les défenseurs des Le Guennec fourbissent en tout cas leurs armes. En plus de la star du barreau Me Eric Dupond-Moretti, ils pourront aussi compter sur le soutien de Danielle Baudot Laksine.

Témoin « raté » des prévenus, selon son propre aveu, à l’audience de 2015, l’infatigable auteure cannoise vient de sortir Ma danse avec Picasso (Ed. de Bergier), un livre plaidoyer.

Danielle Baudot Laksine présente Ma danse avec Picasso
Danielle Baudot Laksine présente Ma danse avec Picasso - F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

« Jacqueline [Picasso] était très généreuse. Je suis persuadée qu’elle a donné des œuvres à énormément de personnes qui hésitent à les faire authentifier de peur de se les voir enlever », explique celle qui a connu l’artiste dans sa jeunesse. « Leur innocence ? Je suis prête à y mettre ma main, voire plus, à couper », jure-t-elle.

>> A lire aussi : Recel d’œuvres de Picasso: «Pour moi, il s'agissait juste de morceaux déchirés» dit le retraité

« Je serai mieux préparé », affirme Pierre Le Guennec

Les héritiers de Pablo Picasso continuent, eux, à soutenir la thèse du vol. « Nous attendons de ce second procès une confirmation, que la vérité soit réaffirmée », avance Me Jean-Jacques Neuer, l’avocat de la Picasso administration et de Claude, le fils du peintre.

Quoi qu’il en soit, Pierre Le Guennec affirme être toujours droit dans ses bottes en attendant l’autonome et sa nouvelle confrontation avec la justice. « Je serai mieux préparé », dit-il.