Nice: Il allume un fumigène dans la fan-zone, six mois de prison avec sursis et un an d'interdiction de stade

JUSTICE Il l'aurait dissmulé dans son rectum... 

Fabien Binacchi

— 

Il est formellement interdit d'introduire des fumigènes dans la fan-zone de Nice.
Il est formellement interdit d'introduire des fumigènes dans la fan-zone de Nice. — BRUNO BEBERT/SIPA

C’est une « bêtise » qui lui a finalement valu un sérieux avertissement. Le supporter, interpellé après avoir allumé un fumigène dans la fan-zone de Nice, mercredi dernier, blessant deux personnes, a été condamné ce lundi à six mois avec sursis. Une peine assortie de 105 heures de travaux d’intérêt général et d’une interdiction de stade d’un an, avec obligation de pointer au commissariat pendant les matchs.

>> A lire aussi : Il blesse deux personnes dans la fan-zone avec un fumigène dissimulé dans son rectum

Ce soir-là, au beau milieu de la retransmission du match qui opposait la France à l’Albanie, que supporte ce jeune homme de 18 ans à peine, né au Kosovo et habitant la France depuis l’âge de deux ans, il déclenche son fumigène et l’envoie en l’air. Un jeune Albanais, présent également dans la fan-zone de Nice, le reçoit dans l’œil.

« Il s’est vu notifier une interruption temporaire de travail inférieure à huit jours. Son iris a été déformé et il y a des risques de séquelles », a précisé la présidente du tribunal correctionnelle de Nice. Une jeune femme a également eu la joue brûlée.

« Il l’avait entre les jambes »

« Vous avez quand même réussi à rentrer un fumigène dans cette fan-zone dont il paraît qu’elles sont toutes super-bien sécurisées », a également relevé la magistrate. Le jeune homme l’aurait dissimulé dans son rectum, avait indiqué dès samedi le parquet de Nice. « Ce n’est pas le cas, il l’avait entre ses jambes », a avancé de son côté l’avocat du jeune supporter, qui était incarcéré depuis vendredi.

« Le vendeur chez qui vous aviez acheté le fumigène vous avez en tout cas bien dit de faire gaffe, vous l’avez vous-même reconnu lors de votre audition », a sermonné la présidente du tribunal. « Quand je suis allé à la fan-zone avec ce fumigène, c’était pour le côté festif, je ne voulais pas faire une bêtise. Ça n’était pas mon but de les blesser. J’ai fait une erreur. Je l’ai compris en garde à vue. », s’est expliqué le prévenu, un maillot de l’Olympique de Marseille sur le dos.

« Immaturité » et « inconscience »

« Il a assumé son geste qui relève de l’immaturité, de l’inconscience. Il n’a pas pris la fuite. Il a assumé sa responsabilité en amenant directement le blessé au poste de secours. Son casier judiciaire est vierge. Ce n’est pas un délinquant », a aussi plaidé son avocat, qui a lui même glissé au tribunal l’idée des travaux d’intérêt général.

Pour ces faits de « violence volontaires avec arme » et de « port sans motif légitime d’une arme de catégorie C », le procureur avait requis, en plus d’une peine d’emprisonnement avec sursis de six à huit mois, une mise à l’épreuve de 18 mois.