Euro 2016: Des Niçois d'un groupe ultra dissout impliqués dans la rixe de samedi soir à Nice

FAIT DIVERS Les échauffourées qui ont éclaté avec des supporters polonais et nord-irlandais ont fait neuf blessés, dont un grave…

Fabien Binacchi
— 
La fan zone de Nice pour l'Euro 2016, le 8 juin.
La fan zone de Nice pour l'Euro 2016, le 8 juin. — BEBERT BRUNO/SIPA

Certains auteurs de « provocations » impliqués samedi soir dans les échauffourées qui ont éclaté à Nice « appartiennent à un ancien groupe de supporters qui avait fait l’objet d’une décision ministérielle de dissolution, la BSN [Brigade sud Nice] », a indiqué le procureur de la République de Nice, lundi.

>> A lire aussi : VIDEO. Euro 2016: Incidents à Nice entre Nord-Irlandais et supporters niçois, une interpellation

« Ce sont donc des ex-BSN qui sont parfaitement identifiés », a pointé Jean-Michel Prêtre.

Interdictions de stade ou du territoire 

Samedi soir, de nombreux supporters polonais et nord-irlandais étaient déjà présents dans la ville, avant le match opposant leurs deux équipes le lendemain au stade de Nice, dans le cadre de l’Euro 2016 de football.

« Alors que les Polonais et les Irlandais déjà très mélangés faisaient la fête dans le Vieux-Nice, 25 à 30 Français, identifiés comme des supporters locaux assez connus d’un groupe ex-identitaires, se sont présentés, sont rentrés dans la foule des fêtards et s’est ensuivie, à la suite de diverses provocations, de jets de bouteilles, d’insultes, une bagarre qui a duré exactement 2 minutes 50 », a relaté le procureur.

« Les images de vidéosurveillance sont extrêmement précises. Des décisions judiciaires seront requises. Ces personnes violentes ne pourront plus participer d’une manière ou d’une autre à l’Euro 2016. Ils seront, pour les Français, interdits de stade et, pour les étrangers, interdits de territoire national par décision judiciaire », a plaidé le procureur.

>> A lire aussi : OGC Nice: La BSN réapparaît, le président de la Populaire Sud en garde à vue

Neuf blessés dont un grave

Le ministère de l’Intérieur publiait, en 2010, un décret prononçant la dissolution de la Brigade sud Nice (BSN), créée en 1985. « Cette mesure était nécessaire. Il existe au sein de la BSN une minorité de gens violents qui représentent 95 % des interdictions de stade prononcées », indiquait alors le préfet des Alpes-Maritimes de l’époque, Francis Lamy.

>> A lire aussi : Carton rouge pour la brigade sud

L’incident de samedi soir a fait neuf blessés dont un grave, un Français, qui a subi un traumatisme crânien important, sans pronostic vital engagé, à la suite de la réception d’une bouteille « lancée par on ne sait qui », a aussi précisé Jean-Michel Prêtre.

Les autres blessés légers, majoritairement nord-irlandais, sont aussi Français et Polonais.

Dans la nuit de dimanche à lundi, un supporter nord-irlandais de 24 ans est décédé après une chute mortelle sur la promenade des Anglais. Une enquête a été ouverte.

>> A lire aussi : Chute mortelle d’un supporter à Nice : «Il n’y a pas eu de bagarre», affirme le procureur