Nice: Estrosi et Ciotti écrivent à Valls pour autoriser la reconnaissance faciale

SECURITE Ils veulent expérimenter le système dans la Fan-Zone niçoise de l’Euro 2016…

Mathilde Frénois

— 

Une caméra de surveillance. (Illustration)
Une caméra de surveillance. (Illustration) — Chameleons Eye/REX/REX/SIPA

Leur amendement rejeté par le gouvernement à l’Assemblée nationale, Eric Ciotti et Christian Estrosi ne comptent pas s’arrêter là. Les deux élus azuréens défendent jusqu’au bout leur projet de reconnaissance faciale. Ils ont écrit au Premier ministre Manuel Valls pour lui faire part de leur point de vue.

>> A lire aussi: Estrosi regrette le rejet de la reconnaissance faciale par le gouvernement

« Nous vous demandons d’autoriser […] le rapprochement, en temps réel, des images de vidéosurveillance centralisées dans les centres de supervision urbaine avec un fichier ad hoc, alimenté par les profils de personnes susceptibles de participer à un projet terroriste, dont les données biométriques sont contenues dans les bases de données du ministère de l’Intérieur », expliquent-ils.

Une démonstration devant les journalistes

Selon Eric Ciotti et Christian Estrosi, laville de Nice dispose d’un logiciel performant. Ils en ont d’ailleurs déjà fait la démonstration devant une assemblée de journalistes mi-avril.

>> A lire aussi: Nice veut tester la reconnaissance faciale

Des comédiens passent sous les caméras. Sur les écrans du Centre de supervision urbain, des carrés rouges entourent leurs visages : RAS. Quand la couleur verte apparaît, l’individu est fiché. Il est intercepté par la police municipale avant même d’entrer dans la Fan-Zone.

« L’intensité de la menace terroriste »

Dans leur courrier, les deux élus mettent en avant la sécurité lors de ces événements sportifs. « Compte tenu de l’intensité de la menace terroriste, lors de l’Euro 2016, nous souhaitons solennellement appeler votre attention sur l’urgence à créer un cadre juridique adapté, permettant le recours à la reconnaissance faciale dans et à proximité des enceintes sportives et, tout particulièrement, des Fan-Zones. »

Si Manuel Valls décidait d’autoriser la reconnaissance faciale, elle devrait se mettre en place sous deux semaines, l’Euro 2016 débutant le 10 juin prochain.