Législatives partielles à Nice: Pourquoi une telle claque pour le PS?

ELECTION Dans la cinquième circonscription, la candidate Chaama Graillat est arrivée derrière le Front de gauche avec 6,49 % des suffrages... 

Mathilde Frénois
— 
La candidate du PS Chaama Graillat se présentait pour la première fois à une élection.
La candidate du PS Chaama Graillat se présentait pour la première fois à une élection. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes

On savait le fief conquis à la droite. Mais dimanche, lors du dépouillement des bulletins de la cinquième circonscription des Alpes-Maritimes, la candidate du Parti socialiste  Chaama Graillat a dégringolé dans les suffrages.

Avec ses petits 6,49 %, celle qui se présentait pour la première fois à une élection est arrivée en quatrième position derrière les représentants des Républicains, du  Front national et du Front de gauche.

>> A lire aussi : Marine Brenier arrivée en tête, vers un duel LR-FN

« Un avertissement qui doit être pris au sérieux »

« Même s’il faut relativiser l’impact d’une partielle avec 23 % de participation, la faiblesse de notre score est un avertissement qui doit être pris très au sérieux, explique le premier secrétaire fédéral du PS dans les Alpes-MaritimesXavier Garcia. Il démontre, si besoin était, que la politique du gouvernement n’est pas comprise en dépit de derniers résultats encourageants, et que nos divisions au Parlement démobilisent notre électorat. »

« Les socialistes ont désinvesti le terrain »

Pour le politologue Gilles Ivaldi, chercheur au CNRS et à l’Université de Nice, ce score est également dû à « une baisse structurelle de la gauche en Paca et dans les Alpes-Maritimes ». Mais pas seulement. « Il y a un contexte local. Pour cette législative partielle, le PS ne s’est pas lancé dans la bataille. Il a laissé une candidate avec très peu d’expérience […] et les figures locales ne se sont pas mobilisées, détaille-t-il. Les socialistes ont totalement désinvesti le terrain dans cette circonscription qui est, de toute façon, très largement acquise à la droite. »

Au second tour, la candidate Chaama Graillat appelle à faire barrage au FN.