Festival de Cannes: Ces «men in black» qui marchent dans les pas des plus grandes stars

COULISSES Les sociétés de sécurité ont tourné à plein régime pendant l'événement...

Fabien Binacchi

— 

William Poras Lozano (à d.) avec l'acteur Matthew McConaughey, en 2015
William Poras Lozano (à d.) avec l'acteur Matthew McConaughey, en 2015 — ADR Prod

Chez Hi Tech sécurité, les effectifs ont été multipliés par quinze pour le Festival de Cannes. Pendant la quinzaine, qui fait chaque année de la Croisette un repaire de stars et de VIP, la société cannoise a tourné à plein régime.

>> A lire aussi : Après les attentats, l'édition 2016 du Festival de Cannes a tenu le choc

« Nous avions 150 agents recrutés un peu partout en France sur le terrain, confirme William Poras Lozano, le patron de cette entreprise d’agents de sécurité et de gardes du corps. On prépare le Festival trois mois à l’avance. »

« Au total, un mois de présence sur le terrain. Puisqu’il faut aussi sécuriser les structures pendant leur montage et leur démontage. Les dix jours de l’événement représentent, à eux seuls, 15 % de notre chiffre d’affaires », explique-t-il aussi.

>> A lire aussi : Le Festival de Cannes, c'est du ciné, des stars et (également) beaucoup de «retombées»

Flegme et discrétion

Et l’activité a été d’autant plus dense pour ces « men in black » que l’état d’urgence a poussé les consignes à leur maximum cette année. Qu’ils agissent dans l’ombre des stars (Naomi Watts, Jessica Chastain ou encore Paris Hilton) ou aux accès des soirées privées, les bodyguards d’Hi Tech sécurité étaient en alerte permanente.

>> A lire aussi : Le Festival de Cannes encadré par des «moyens exceptionnels», assure Bernard Cazeneuve

« La sécurité a été renforcée de partout. A l’entrée des fêtes, tout le monde était passé aux détecteurs de métaux et les sacs étaient fouillés. Ça n’était pas le cas auparavant », détaille William Poras Lozano.

Avec les mêmes impératifs : retenir les curieux à bonne distance et éloigner les indésirables, tout en restant le plus flegmatique possible. « Il faut opérer avec le maximum de discrétion, la partie intégrante de notre métier, dixit le patron. C’est ce que nos clients nous demandent et c’est bien normal ».