Nice: Estrosi condamné pour avoir affirmé que le loup a été introduit par les gardes du Parc du Mercantour

JUSTICE La cour d’appel d’Aix-en-Provence l’a reconnu coupable de diffamation…

Mathilde Frénois

— 

Un loup dans le parc du sentier des daims
Un loup dans le parc du sentier des daims — FABRICE ELSNER/20MINUTES

Ses propos remontent au 26 avril 2014. « En 1992, le loup a été réintroduit artificiellement par des fonctionnaires de l’État et par des gardes du parc du Mercantour. » Pour cette phrase et la mise en cause d’un corps de fonctionnaires, Christian Estrosi a été reconnu coupable de diffamation, suite à une plainte du syndicat national de l’environnement.

La cour d’appel d’Aix en Provence vient de confirmer le jugement en première instance. Le maire de Nice et président de la région Paca (LR) avait été condamné en 2014 à 10.000 euros d’amende au pénal et à 2.000 euros au civil. Une peine assortie d’une publication de cette décision dans la presse à deux reprises.

>> A lire aussi : Condamné pour diffamation, Estrosi fait appel

En septembre 2015, Christian Estrosi avait fait appel indiquant que ses propos « n’étaient que la citation d’un article de l’hebdomadaire La Vie Agricole du 14 mars 1996 ».

Pourvoi en cassation

« Je vais me pourvoir en cassation concernant cette nouvelle condamnation qui fait suite à des propos sur le loup. Pourtant, je persiste et je signe : le loup n’a pas été réintroduit de manière naturelle, a indiqué Christian Estrosi ce jeudi avant de poursuivre : Je continue de l’affirmer, conformément à l’enquête parlementaire que j’ai conduite en 2003 sur le sujet : aujourd’hui encore, personne ne peut exclure la thèse d’une réintroduction d’origine humaine du loup dans le parc du Mercantour, qu’elle soit totale ou partielle.»