Nice: Le belge Nethys pourrait devenir majoritaire à Nice-Matin d'ici 2018

MÉDIAS Le groupe va monter à 20 % prochainement et pourrait monter jusqu’à 51 % du capital…

20 Minutes avec AFP
— 
Le siège du groupe Nice-Matin, à Nice
Le siège du groupe Nice-Matin, à Nice — Valéry Hache AFP

Une entrée en matière avant peut-être une prise de contrôle. Les salariés actionnaires de la société coopérative Nice-Matin ont voté mardi en faveur de l’ouverture de son capital au groupe Nethys à hauteur de 20 %. Le Belge pourrait ensuite devenir majoritaire en 2018, a annoncé la direction du groupe de presse niçois.

Pour s’emparer de 20 % du groupe français, Nethys, via sa filiale L’Avenir Développement SA, mettra sur la table 12 millions d’euros, dont 10 millions comptants. Cette entrée dans le capital devra être finalisée à travers un « pacte d’actionnaires », indiquent encore les dirigeants de Nice-Matin.

L’investisseur belge émet également l’hypothèse de devenir actionnaire à hauteur de 34 % début 2017 et d’être majoritaire à 51 % en 2018, a précisé mardi soir Jean-François Roubaud, président du Conseil de surveillance de Nice-Matin. Il se dit « satisfait d’avoir trouvé un partenaire solide » pour accompagner le développement de groupe. La Société coopérative d’intérêt coopératif Nice-Matin (Scic) conserverait alors une part de 49 % non diluable.

« Développer une stratégie ambitieuse »

Cette prise de contrôle en trois étapes, qui doit être avalisée avant l’été, représenterait un investissement total de 15,1 millions d’euros en deux ans. Elle intervient un an et demi après une décision du tribunal de commerce de Nice qui venait
confier les rênes de l’entreprise à ses salariés.

Mardi, les 430 salariés actionnaires - sur un total d’environ 800 salariés - ont voté à la quasi-unanimité (94,78 %), lors d’une assemblée générale, en faveur de l’arrivée de l’investisseur belge, qui était en compétition avec trois autres projets.

Cet investisseur arrive un an et demi après la décision du tribunal de commerce de Nice de confier à ses propres salariés les rênes de Nice-Matin, alors placé en redressement judiciaire.

L’arrivée de Nethys « va permettre au groupe Nice-Matin de construire son avenir et de déployer une stratégie ambitieuse », a souligné dans un communiqué la direction du groupe de presse, qui compte trois titres (Nice-Matin, Var-Matin, Monaco-Matin), tirés quotidiennement à 145.000 exemplaires.

Quatre candidats étaient sur les rangs

Le groupe Nice-Matin a retrouvé l’équilibre en 2015, avec un chiffre d’affaires d’environ 85 millions d’euros. Selon la direction, la forte baisse des recettes publicitaires en 2015 a été « endiguée » au cours des premiers mois de 2016.

Etaient également en lice pour rentrer au capital de Nice-Matin l’entrepreneur Christian Mars (petit-fils du fondateur du journal), le promoteur Michel Ohayon (PDG de la Financière immobilière bordelaise et grande fortune française), ainsi que l’homme d’affaires Georges Ghosn (ex-propriétaire de France Soir).

Spécialisé dans l’énergie, les télécoms et les médias, le groupe Nethys est détenu et contrôlé par des actionnaires publics belges.

Actionnaire majoritaire de la télévision à péage BE TV (ex-Canal + Belgique), Nethys s’est porté acquéreur ces dernières années de plusieurs titres de presse : les Editions de l’Avenir et les hebdomadaires Moustique et Télé-Pocket.