Festival de Cannes: Joseph, occupation «chasseur de stars»

FANS Ce Raphaëlois de 70 ans fait partie du « gang des escabeaux », au pied des marches…

Fabien Binacchi

— 

Joseph Morpelli en est à son 34e Festival de Cannes
Joseph Morpelli en est à son 34e Festival de Cannes — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

« Cette année, c’est Georges Clooney, Vanessa Paradis, assez rare à Cannes, et surtout Julia Roberts, là pour la première fois, qu’il ne faudra pas louper. » Avant l’ouverture, ce mercredi soir, Joseph Morpelli, alias Jo’, a déjà balayé tout le programme du 69e Festival de Cannes. Le 34e qu’il suit, son appareil en bandoulière.

>> A lire aussi : Le Festival de Cannes, c'est aussi le marathon des cinéphiles accrédités

Ce Raphaëlois de 70 ans, surnommé le « chasseur de stars », est l’un des membres les plus actifs du « gang des escabeaux ». Des habitués, collectionneurs de photos, selfies et autographes, qui réservent chaque année leur place au plus près des marches du palais.

« C’est une des meilleurs spots pour approcher les acteurs, s’enthousiasme le fan septuagénaire. A leur descente de voiture, on les appelle et, en général, ils viennent vers nous ».

>> A lire aussi : Festival de Cannes, l'événement encadré par des «moyens exceptionnels», assure Bernard Cazeneuve

« Julie Gayet vient à nous »

Certains plus facilement que d’autres. « Julie Gayet vient nous voir à chaque fois. Arielle Dombasle et Jean Dujardin sont aussi très sympathiques. Les Américains, c’est dans leur culture. Ils approchent à chaque fois », assure l’Azuréen.

Et parfois, ça joue des coudes parmi les 110 escabeaux « autorisés » que tous enchaînent pour ne pas perdre leur place. « Certains essaient bien de se faufiler, mais on leur explique qu’il faut arriver avant. Nous sommes des amateurs, mais nous sommes très organisés », affirme Jo’.

>> A lire aussi : VIDEO. Zap télé: Les festivaliers sur leurs escabeaux à Cannes... L'«Instant Barré» va toujours plus loin...

Un vrai « gang » formé de sept groupes, « eux-mêmes gérés par des chefs », présente le Cannois Stéphane Ducloy, en charge de ce microcosme. « Il faut les tenir. Il y a parfois des insultes, de la jalousie. C’est à celui qui aura le plus de selfies », confie-t-il. Ambiance, à quelques mètres du tapis rouge…