Nice: Ils créent des bijoux... en chambres à air de camion

INSOLITE Ils ont été séduits par les capacités techniques du caoutchouc…

Mathilde Frénois

— 

Les bijoux sont vendus entre 10 et 29 euros entre les Alpes-Maritimes et le Canada.
Les bijoux sont vendus entre 10 et 29 euros entre les Alpes-Maritimes et le Canada. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes

Ni or, ni argent. Pas même des perles à enfiler sur un fil. Les deux Niçois Guillaume Darnajou et Julie Ferrero créent des bijoux à partir de chambres à air de camion.

Pour cet été, avec leur société Otra design, ils lancent leur quatrième collection de parures créée entièrement avec des matériaux recyclés.

« En roulant à vélo »

C’est à Montréal, pendant leurs études, qu’est née cette idée de concevoir colliers, bracelets et bagues insolites. « On est tombé dans le caoutchouc en roulant à vélo, se souvient Guillaume. C’est un produit difficilement recyclable, qui est souvent enfoui, brûlé ou broyé. » Alors, les deux Niçois décident de réutiliser cette matière, sans la dénaturer.

« On a été séduit par ses capacités techniques. La chambre à air est faite en caoutchouc mat et noir, souple, élastique, très léger et agréable au contact de la peau », développe Julie.

Guillaume et Julie ont eu l'idée de créer des bijoux en chambres à air en chevauchant leurs vélos.
Guillaume et Julie ont eu l'idée de créer des bijoux en chambres à air en chevauchant leurs vélos. - M. Frénois / ANP / 20 Minutes

Le tour des déchetteries

Aujourd’hui rentrés à Nice, les deux créateurs font le tour des déchetteries et des casses pour récupérer leurs précieuses chambres à air et les découper en rectangles de plusieurs dizaines de centimètres carrés.

« Il faut que ce soit le plus plat possible pour rester coller à la peau », insiste Guillaume. Le nettoyage et la découpe minutieuse du caoutchouc, à partir de dessins de Guillaume et Julie, sont confiés à une usine de Valence.

Jusqu’au Canada

« On lance notre quatrième collection inspirée des univers mayas, incas et aztèques, expliquent-ils. Le but est de casser les codes du recyclage et de faire un objet original et accessible. »

Pour porter ces parures en caoutchouc, il faut compter 10 € pour une bague et 29 € pour un collier. Des bijoux en vente dans le département et jusqu’au Canada pour, à nouveau, faire voyager ces chambres à air.