Nice: Pourquoi il ne faut (absolument) pas manquer le festival Crossover

MUSIQUE La manifestation dédiée aux « musiques actuelles » s’ouvre ce mercredi à Nice...

Fabien Binacchi

— 

Le groupe The Shoes est programmé en ouverture
Le groupe The Shoes est programmé en ouverture — Ismael Moulin

Depuis maintenant sept ans, Crossover fait souffler à Nice un vent de découverte(s). Et sa nouvelle édition, programmée dès ce mercredi soir, ne déroge pas à la règle.

Ce « festival des musiques actuelles » revient pour cinq soirées atypiques à ne rater sous aucun prétexte… 20 Minutes vous explique pourquoi.

Pour le mélange des genres. La musique électronique en toile de fond, mais des styles aux antipodes. Crossover provoque les rencontres et les paradoxes. « Nous passerons du rock du groupe The Shoes et des Niçois de Griefjoy [ce mercredi soir au théâtre Lino-Ventura] à la techno américaine de Robert Hood [samedi au Chantier sang neuf]. Sans compter sur le show complètement barré de Salut C’est cool [vendredi au même endroit] », présente Malcolm Mitchell, le directeur artistique de la manifestation.

Pour écouter de nouveaux sons. Crossover ce sont des artistes fédérateurs, mais aussi des talents plus pointus. A ne pas manquer, l’Allemand Recondite (samedi) viendra présenter un show audiovisuel inédit. Parmi les coups de cœur de Malcolm Mitchell, le duo rock italo-disco de Tel Aviv Red Axis (vendredi), mais aussi Jeremy Underground et Bambounou (samedi) qui assureront le show en back to back.

Pour découvrir des endroits insolites. Le festival investit presque toujours des lieux atypiques. Pendant deux soirées, cette semaine, il se jouera aux anciens abattoirs de Nice. Pour sa session « summer », il ira même au château de Mouans-Sartoux et sur la plage des Marinières, à Villefranche-sur-Mer.