Corse: Une salle de prière musulmane incendiée à Ajaccio

FAITS DIVERS La piste criminelle est privilégiée...

F.L. avec AFP

— 

L'incendie a eu lieu dans une salle de prière
L'incendie a eu lieu dans une salle de prière — Pascal POCHARD-CASABIANCA / AFP

La piste criminelle est privilégiée après l'incendie d'une mosquée dans la nuit de vendredi à samedi à Ajaccio. Très tôt, le procureur de la République d'Ajaccio, Eric Bouillard, l'a indiqué ce qu'a confirmé, sur place, le préfet de Corse Christophe Mirmand, évoquant  « des traces d'hydrocarbures» découvert lors des premiers relevés.

Comme le raconte Corse-Matin, la salle de prière musulmane, située dans le quartier de Mezzavia, a été la proie des flammes à partir de quatre heures du matin. Situé juste derrière le stade Ange-Casanova, l'edifice a été entièrement détruit par le sinistre. 

Cazeneuve fait part de sa solidarité aux musulmans de Corse

Dans un communiqué, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a fait part de sa « solidarité aux musulmans de Corse». « Si l'origine criminelle est confirmée elle donnera lieu à la recherche active des auteurs, qui devront répondre de cet acte inacceptable devant la justice. Le ministre de l'Intérieur rappelle la détermination du gouvernement à assurer la protection de tous les lieux de culte, et à assurer la liberté de culte partout sur le territoire», a ajouté le ministre.

Des têtes de sangliers avaient déjà été retrouvées devant la porte

Cette salle de prière  a déjà fait l'objet d'actes de vandalisme et de racisme. Des têtes de sanglier avaient été retrouvées à deux reprises devant sa porte.L'enquête ouverte pour dégradation par incendie a été confiée à la police judiciaire et aux enquêteurs de la sécurité publique.

Ce sinistre survient aussi quelques mois après les débordements racistes et anti-musulmans qui avait accompagné les manifestations qui avaient suivi l'agression de pompiers attirés dans un guet-apens dans le quartier populaire Les Jardins de l'Empereur le soir de Noël à Ajaccio.

>> A lire aussi : Ajaccio: retour au calme après le saccage d'une salle de prière musulmane

Dans l'après-midi, François Hollande a assuré, via un communiqué, "[ses] concitoyens musulmans de Corse de la solidarité et de la protection de la République". "Si son origine criminelle est confirmée, ses auteurs devront être rapidement identifiés et condamnés, a-t-il ajouté. Aucun acte antireligieux ne doit être toléré."