Loi travail: Un peu moins nombreux à Nice, ils défendent toujours leur «choix de vie»

MANIFESTATION Entre la place Masséna et la gare, ils étaient 7.000 selon les syndicats, 1.700 pour la police... 

Mathilde Frénois

— 

Yitu, étudiante en théâtre, avait manifesté à Paris, elle fait de même à Nice.
Yitu, étudiante en théâtre, avait manifesté à Paris, elle fait de même à Nice. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes

Depuis le 26 février, c’est la quatrième fois que des Niçoismanifestent contre la loi Travail. Ce jeudi après-midi, ils étaient 7.000 selon les syndicats, 1.700 pour la police dans un cortège parti de la place Masséna pour rejoindre la gare de Nice.

« Il y a un léger recul dans la mobilisation mais on est déterminés, affirme Gérard Ré, secrétaire général UD CGT 06. C’est un mouvement qui s’inscrit dans la durée, alors c’est normal qu’il y ait des hauts et des bas. »

C'est la quatrième fois que ces Niçois manifestent contre la loi travail.
C'est la quatrième fois que ces Niçois manifestent contre la loi travail. - M. Frénois / ANP / 20 Minutes

« Un choix de vie »

Un peu plus loin dans la foule, Michel Fuentes est « encore et toujours présent ». Avec ses collègues, depuis deux mois, le secrétaire général départemental FO pour le service public et la santé n’a pas raté un seul rassemblement. « Et ça ne sera pas la dernière fois, peste-t-il, son drapeau à la main. On défend un choix de vie et avec la loi El Khomri, il est complètement bafoué. Je serai là jusqu’à son abandon. »

En tête du cortège niçois, les étudiants.
En tête du cortège niçois, les étudiants. - M. Frénois / ANP / 20 Minutes

Sens interdit

Michel Fuentes a résumé la pensée de Yitu, le visage maquillé d’un sens interdit rouge « synonyme de barrage au projet de loi du gouvernement ». Cette étudiante en théâtre à Cannes porte une banderole en tête de cortège.

« J’entrerai dans le monde du travail avec un statut d’intermittente du spectacle. Je me sens plus que concernée. » Yitu avait manifesté à Paris. Elle poursuit à Nice et répondra présente « tant que le gouvernement ne reculera pas ».