Affaire du bijoutier de Nice: 16 ans de prison requis contre le second braqueur présumé

PROCÈS Au moins « 15 indices » prouveraient « sa culpabilité », selon l’avocate générale…

Fabien Binacchi

— 

Stephan Turk, le bujouier braqué, et son avocat ce lundi matin au palais de justice de Nice.
Stephan Turk, le bujouier braqué, et son avocat ce lundi matin au palais de justice de Nice. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes

« Il n’y a pas d’aveu, ni de flagrant délit, ni d’identification formelle, mais une multiplicité d’indices ». « Au moins une quinzaine formant un petit puzzle irréfutable », selon la procureure Clotilde Galy, qui l’ont conduite à réclamer jeudi matin 16 ans de prison contre Ramzi Khachroub, le second braqueur présumé du « bijoutier de Nice ».

>> A lire aussi : Le « bijoutier de Nice », qui avait abattu un de ses braqueurs, face au second devant la justice

Jugé depuis lundi, ce Carrosois de 22 ans doit répondre, devant la cour d’assises des Alpes-Maritimes, de son implication dans le braquage, le 11 septembre 2013, de la bijouterie niçoise La Turquoise. Il nie en bloc.

>> A lire aussi : L'accusé du braquage continue de nier

Ce matin-là, son complice présumé avait été abattu d’une balle tirée par Stephan Turk, à qui l’on a « confisqué sa vie », a insisté l’avocate générale. Le commerçant, « qui n’avait rien demandé » selon elle, est accusé d'« homicide volontaire ». Et il se retrouvera prochainement, à son tour, sur le banc des accusés.

« Il est gaucher et il pratique la boxe »

Au cours des débats, le joaillier n’a pas pu être « affirmatif » sur l’identité de son deuxième assaillant, qui portait une cagoule et un casque de moto. Mais l’avocate générale, elle, s’est forgée « la certitude de [la] culpabilité » de Ramzi Khachroub, pointant notamment les traces ADN relevées sur un bidon de javel trouvé à proximité du scooter utilisé pendant les faits. Et aussi son départ précipité vers la Tunisie dès le lendemain du braquage.

« Il est gaucher et il pratique la boxe, a-t-elle également noté. Dans la vidéosurveillance, on voit bien le second agresseur asséner un seul coup de poing de la main gauche, qui fait tomber M. Turk, un homme d’une centaine de kilos. »

>> A lire aussi : Nice: La cour d'assises repasse le film du braquage du «bijoutier de Nice»

L’avocate générale a également cité les conclusions de l’expert en comparaison sonore, qui s’est penché sur cette même bande-vidéo. Selon lui, « si l’analyse ne peut être pleinement concluante, la concordance de la voix de l’agresseur avec celle de Ramzi Khachroub peut malgré tout être soutenue. »

Le verdict attendu dans l’après-midi

Enfin, plusieurs appels et un courrier anonyme finissent de concentrer les soupçons sur le jeune Carrossois, selon Clotilde Galy. Une correspondance envoyée au parquet préciserait notamment que le butin (estimé à 124.000 euros et jamais retrouvé) aurait été transporté dans une valise jusqu’en Tunisie.

Contre le deuxième accusé, Alexandre De Matos, 28 ans et poursuivi pour « complicité de vol avec arme en état de récidive » (il est suspecté d’avoir fourni les gants et les cagoules), elle a également requis une peine de cinq ans de prison.

Le verdict est attendu ce jeudi après-midi.