Nice: Il vient demander conseil au commissariat avec un arsenal de guerre

FAIT DIVERS L’Azuréen avait notamment avec lui une grenade au phosphore particulièrement dangereuse…

F.B.

— 

Police nationale (Illustration)
Police nationale (Illustration) — Nicolas Bonzom / Agence Maxele Presse

Deux pistolets, trois carabines et près de 3 k de munitions diverses, dont des grenades. C’est avec ce véritable arsenal de guerre qu’un Niçois de 57 ans s’est présenté mercredi aux policiers du commissariat d’Auvare, à l’Est de la ville, pour demander la procédure à suivre pour pouvoir le « détruire », rapporte Nice-Matin.

Dans le coffre de sa voiture, en plus des cinq armes à feu, une malle contenait deux détonateurs, des fumigènes, deux fusées à parachute, une mine antipersonnel d’exercice, une bonne quinzaine de grenades dont deux offensives et une autre « à phosphore » très particulièrement dangereuse, selon le journal. Le tout datant de plusieurs décennies.

Son père avait servi pendant la Seconde Guerre mondiale

Un ensemble de produits explosifs que l’Azuréen avait découvert au fond d’un placard, dans l’appartement familial qu’il avait entrepris de débarrasser après le décès de ses parents. Son père, ancien militaire, avait servi pendant la Seconde Guerre mondiale avant d’exercer les fonctions de policier en Algérie, précise également Nice-Matin.

Un peu interloqués par sa demande, les policiers en faction devant le commissariat ont immédiatement mis en place un périmètre de sécurité autour du véhicule bardé de substance dangereuse. En attendant une équipe de déminage appelée en renfort.

Selon le quotidien, la police rappelle qu’en cas d’une telle découverte, mieux vaut appeler directement le 17 ou le 112 et ne surtout pas manipuler de tels engins. Un accident étant toujours possible, d’autant plus avec de vieilles munitions. Malgré sa démarche pour le moins maladroite, le Niçois n’a pas fait l’objet de poursuite.