Côte d'Azur: Obèse, son corps n'est pas admis à la crémation

FAITS DIVERS L’homme de 115 kg n’a pas non plus pu rejoindre le caveau familial…

M.Fr.

— 

Un cimetière. (Illustration)
Un cimetière. (Illustration) — G. VARELA / 20 MINUTES

La famille avait pourtant tout prévu. Quand cet Azuréen de 90 ans est décédé le 1er avril, il devait rejoindre le caveau familial, un emplacement lui étant réservé auprès de son épouse. C’était sans compter sa corpulence qui a posé problème à l’entreprise de pompes funèbres, rapporte Nice-Matin.

Les proches ont d’abord eu du mal à trouver un cercueil aux bonnes dimensions. Mesurant 1,80 m pour 115 kg, l’homme a bénéficié d’une bière sur-mesure.

Des dimensions inhabituelles

Mais ce cercueil aux dimensions inhabituelles (2 m 17 de long et 77 cm de large) n’entre pas dans le caveau familial du cimetière de Saint-Laurent-Var.

Résignés, les proches du défunt se tournent vers une autre option : la crémation. Mais là encore, un problème de taille se pose. « Ils m’ont dit qu’il ne rentrerait pas dans le four, explique sa belle-sœur au quotidien local. Le lendemain, ils m’ont dit, en plus, que le cercueil ne passerait pas par la porte d’accès de la salle de cérémonie. »

« Il dépassait de deux centimètres »

Pas de mise en terre dans le caveau familial, pas de crémation. Pour ne pas se retrouver avec le corps sur les bras, la famille opte pour une solution coûteuse (près de 1.000 euros) : celle des tiroirs du cimetière de Saint-Laurent-du-Var. Mais là encore, ça coince. « Il n’y avait pas la place suffisante pour passer les doigts et il dépassait de deux centimètres », raconte la belle-sœur.

A la veille de la cérémonie et sans solution de repli, la famille se résigne à mettre provisoirement le corps en terre, non loin du caveau familial. Ce n’est que dans cinq ans (le délai de réduction du corps) que les proches pourront faire une demande pour déposer les restes humains dans un reliquaire. L’homme pourra ainsi reposer au plus près de son épouse.