Côte d'Azur: Un gendarme mis en examen pour avoir tiré sur un automobiliste

JUSTICE Le militaire, désormais interdit de port d'arme, a été placé sous contrôle judiciaire...

F.Bi. avec AFP

— 

Illustration gendarmes
Illustration gendarmes — Mychele Daniau AFP

Il est désormais interdit de port d’arme. Un gendarme du peloton autoroutier de Nice a été mis en examen le 31 mars pour « violences volontaires avec arme ayant entraîné une ITT de plus de huit jours par agent de la force publique », a indiqué le parquet de Grasse (Alpes-Maritimes), lundi. Il a été placé sous contrôle judiciaire.

Le 31 janvier, à l’issue d’une course-poursuite qui s’était engagée entre les gendarmes et un automobiliste qui avait franchi sans le payer le péage de Nice-Saint-Isidore, sur l’autoroute A8, ce dernier avait été touché à trois reprises par les tirs de l’un des militaires.

>> A lire aussi : Après une course-poursuite sur l'A8, un homme blessé par balles par les gendarmes

Le conducteur touché à trois reprises

Après avoir effectué plusieurs contresens dans des ronds-points, son véhicule avait finalement été immobilisé près du centre commercial Cap 3000, à Saint-Laurent-du-Var. Et un des gendarmes avait fait feu, touchant le conducteur sur son flanc gauche, dans son bras droit et au niveau de sa mâchoire, sans mettre ses jours en danger.

Juste après les faits, Georges Gutierrez, le procureur de la République de Grasse, avait indiqué à 20 Minutes avoir saisi l’inspection générale de la gendarmerie et annoncé l’ouverture d’une enquête judiciaire. L’affaire est toujours entre les mains d’un juge d’instruction.

Le conducteur a été condamné à 18 mois de prison

L’automobiliste, jugé lundi par le tribunal correctionnel de Grasse pour de multiples infractions en lien avec cette affaire a été condamné à 18 mois de prison ferme, sans mandat de dépôt.

>> A lire aussi : L'automobiliste fraudeur du péage de Saint-Isidore, atteint de trois balles tirées par les gendarmes, a écopé de 18 mois ferme