Nice: Trois actions de justice en cours pour la protection du Negresco

JUSTICE L'enquête continue pour savoir si un administrateur a profité de la faiblesse de la propriétaire... 

Mathilde Frénois

— 

Le Negresco à Nice est l'un des derniers palaces familiaux 100% français
Le Negresco à Nice est l'un des derniers palaces familiaux 100% français — VALERY HACHE AFP

Le parallèle avec l’affaire Bettencourt saute aux yeux. « Il y a des éléments de comparaison évidents », confirme ce lundi Jean-Michel Prêtre, procureur de la République de Nice.

Tout comme dans l’affaire de la propriétaire de l’Oréal, son homologue niçoise met en scène une personne âgée qui n’est plus capable de prendre des décisions, la propriétaire du Negresco Jeanne Augier. « Autour d’elle, on retrouve un entourage de personnes diverses », commente le procureur.

« Abus de faiblesse »

Dans le viseur de la justice, Pierre Couette. Cet ancien administrateur d’œuvres d’art a été mis en examen début mars pour « abus de faiblesse ». La justice lui reproche d’avoir fait signer à la propriétaire du palace niçois, Jeanne Augier, divers contrats « sans témoins » et « dans des conditions qui montrent qu’elle était déjà sous le coup d’un affaiblissement de ses capacités intellectuelles ».

>> A LIRE AUSSI : Un jeune administrateur a-t-il profité de la faiblesse de la propriétaire nonagénaire de l'hôtel?

Ce lundi, le procureur de la République a précisé que « trois actions de protection sont menées en parallèle ». Une action commerciale pour désigner un administrateur, une action au civil pour la protection judiciaire de Jeanne Augier et la mise en place d’une tutelle, et enfin une action au pénal pour empêcher « un risque de détournement ».

Les investigations continuent

« Le péril a été évité, assure Jean-Michel Prêtre. Mais les investigations continuent. Dans un premier temps, Pierre Couette a été mis en examen par le juge d’instruction car des éléments à charge laissaient penser qu’il profitait de biens ou de prestations de Madame Augier. »

La propriétaire du dernier palace de propriété française de Nice serait « sous le coup d’un affaiblissement de ses capacités intellectuelles ».