Nice: Une application mobile niçoise veut remplacer le bus

INNOVATION Wever combine covoiturage de proximité et stationnement... 

Mathilde Frénois
— 
L'appliation niçoise Wever allie covoiturage de proximité et stationnement.
L'appliation niçoise Wever allie covoiturage de proximité et stationnement. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes

Une pièce d’un euro pour un court trajet, en compagnie d’autres passagers. Qui a dit que ce n’était possible qu’en bus ? Certainement pas Wever. L’application niçoise facilite le « covoiturage urbain ».

« L’idée date du temps où, pendant plus de quarante minutes, j’attendais le bus à Sophia-Antipolis », raconte Thomas Côte, fondateur et dirigeant de Wever. Voyant défiler devant ses yeux « des centaines de véhicules avec une seule personne à l’intérieur », le Niçois décide de lancer une plateforme de covoiturage. « A long terme, on pourrait même remplacer les réseaux de transports en commun », ambitionne-t-il.

Le stationnement aussi

Aller à la fac ou au bureau, au concert ou au stade. C’est ce créneau qu’a pris l’application gratuite, séduisant déjà 3.000 Azuréens.

Mais c’est en répondant aux problématiques de stationnement que Wever prend un virage. « Si vous êtes quatre dans une voiture, vous êtes récompensés à hauteur de votre effort, explique Thomas Côte. Grâce à un partenariat avec l’OGC Nice, les covoit’laisseront leur véhicule dans un parking qui leur est réservé. »

Ainsi, fini d’emprunter des navettes pour se rendre à l’Allianz Riviera. Mais pas uniquement. « Des entreprises de Sophia-Antipolis sont également intéressées », assure-t-il.

Loin de Nice

Wever ne compte pas se limiter au département des Alpes-Maritimes. D’ici cet été, l’application sera déployée « dans toute la France puis à l’étranger », espère son créateur Thomas Côte.