Juan-les-Pins: Installés sur la plage, huit restaurants disparaîtront à la fin de l'été

ECONOMIE Un décret oblige la ville à supprimer près de la moitié de ses établissements du bord de mer... 

Mathilde Frénois

— 

La plupart des restaurants de plage ne sont pas encore ouverts.
La plupart des restaurants de plage ne sont pas encore ouverts. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes

Les tables auront les pieds dans le sable à partir de vendredi. Mais pas encore installées, c’est déjà leur démantèlement qui trotte dans la tête de Didier, responsable de l’établissement Plage Estérel. Dans la baie de Juan-les-Pins, son restaurant risque de vivre son dernier été.

La commune se voit contrainte de réduire le nombre d’établissements installés au bord de l’eau. Un décret datant de 2006 prévoit que la moitié de « la surface de la plage, dans les limites communales, doit rester libre de tout équipement et installation », indique la ville d’Antibes Juan-les-Pins.

«Avec ce projet, seuls 35% des plages seront concédées», tient à préciser Alain Julienne, directeur général des services. Les autres surfaces maritimes seront publiques.

Plus que douze à la fin de l’été

Aujourd’hui au nombre de vingt-et-un, ils ne seront plus que douze à la fin de l’été. Quatre annuels et huit saisonniers. Pas un de plus. « La loi c’est la loi, et elle doit être appliquée, se résout Didier qui apporte les dernières retouches à sa plage privée avant l’arrivée des clients dans deux jours. J’ai déposé mon dossier en mairie et maintenant je croise les doigts pour que l’aventure de mon établissement ne s’arrête pas. »

Seuls douze restaurants seront maintenus sur la plage de Juan-les-Pins.
Seuls douze restaurants seront maintenus sur la plage de Juan-les-Pins. - M. Frénois / ANP / 20 Minutes

 

La place aux plages publiques

Afin de laisser la place aux plages publiques, huit gérants vont donc être contraints d’abandonner leurs concessions à partir de septembre 2016. Une éventualité qu’Alain Palamiti, président des plagistes de l’Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (UMIH) de Juan-les-Pins, ne voit pas d’un bon œil. « Ce décret pose problème puisqu’en supprimant des concessions, on supprime de l’emploi et on réduit l’attractivité économique de notre région, peste-t-il. Les plages privées existent depuis un siècle en toute légalité. Et les touristes viennent en partie pour ça à Juan-les-Pins. »

Des travaux de démolition et de construction sont prévus pour donner un nouveau visage au bord de mer de Juan-les-Pins, ôté de huit établissements. Les douze nouveaux seront « en place pour la saison 2017 ou 2018 en fonction des délais de procédures avec l'Etat qui doit valider le nouveau projet », précise Alain Julienne. 

C'est à la fin de l'été que les 21 concessions arriveront à leur terme.
C'est à la fin de l'été que les 21 concessions arriveront à leur terme. - M. Frénois / ANP / 20 Minutes