Jeudi, les Venturino-Carabalona devront avoir quitté leur maison.
Jeudi, les Venturino-Carabalona devront avoir quitté leur maison. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes

JUSTICE

Octogénaires expropriés à Nice: La préfecture utilisera la force publique «au besoin»

Les services de l'Etat feront appliquer la décision de justice... 

C’est une mise au point qui ne va pas rassurer le trio d’octogénaires qui habite sur la route du stade de Nice. Contraints de quitter les lieux pour laisser la voie de 40 mètres se construire avant le début de l’Euro, ils refusent de bouger. Mais la préfecture des Alpes-Maritimes tient à indiquer que « s’agissant d’une opération dont l’intérêt général et l’urgence sont incontestables, le concours de la force publique a donc été accordé par le Préfet ».

« Une extrême disponibilité »

La famille Venturino-Carabalona est arrivée au bout des procédures pour éviter un départ des lieux. Après les recours devant les tribunaux, aucune autre solution qu’un déménagement n’a été trouvée.

« Il leur a été rappelé que le Préfet ne se substituerait pas au juge de l’expropriation qui a entendu les deux parties sur le fond de dossier », poursuit l’Etat qui souligne également que les octogénaires et leurs proches ont été reçus à plusieurs reprises.

« Tout au long de ces échanges, la Préfecture des Alpes-Maritimes a fait preuve d’une extrême disponibilité, d’écoute et d’ouverture afin d’appliquer la décision de justice de la manière la plus humaine et sereine possible, dans le respect de l’intérêt public. »

Le comité de soutien dénonce le manque d’aménagements

Une solution de repli a été proposée à Jeanne, sa sœur Marcelle et son mari Pierre : une maison située quelques mètres plus loin à acheter ou louer. Mais le comité de soutien de la famille dénonce le manque d’aménagements de ce nouveau logement. « Il n’y a pas d’ascenseur, pas de chambre séparée pour M. Carabalona qui souffre de la maladie d’Alzheimer, pas de terrain constructible, martelait ce lundi matin Laetitia Barriera, membre active de ce comité. Pourtant, tous ces éléments sont inscrits noir sur blanc sur le jugement. »

>> A LIRE AUSSI : La famille qui habite sur la route de l’Euro ne lâche rien

Jeudi, pour laisser la place au travail des pelleteuses, les octogénaires devront quitter leur maison, « au besoin avec le concours de la force publique », précise la Préfecture.