Nice: La famille qui habite sur la route de l'Euro ne lâche rien

JUSTICE Les octogénaires installés sur le tracé d’une nouvelle voie menant à l’Allianz Riviera doivent être expulsés ce jeudi…

Mathilde Frénois

— 

La maison est située sur le chantier de la voie de 40 mètres.
La maison est située sur le chantier de la voie de 40 mètres. — M. Frénois / ANP / 20 MInutes

Si la famille Venturino-Carabalona « compte les jours », c’est que la date de son expulsion est fixée. Dans trois jours, les trois octogénaires qui occupent la maison située sur la future voie des 40 mètres qui mène au stade de Nice devront partir. « C’est le compte à rebours, explique leur fille Jeanine Lestère. Jeudi ce sera terminé. Ils les sortiront de là-dedans. C’est une honte. »

Cette maison et son grand jardin où poussent des citrons à foison, Jeanne, sa sœur Marcelle et son mari Pierre l’occupent depuis 62 ans. Aujourd’hui, ils sont au bout du bras de fer qui les oppose à la Métropole. La voie des 40 mètres, élément indispensable pour la bonne tenue de l’Euro 2016 en juin, est quasi-achevée. Seul leur bout de parcelle reste à bétonner. Le juge des expropriations et le préfet ont ordonné leur expulsion. Eux ne veulent toujours pas partir.

>>A lire aussi : La route d’accès au stade de Nice contrainte de contourner le potager pour être livrée à temps

« J’ai peur qu’ils ne tiennent pas le choc »

« Ca fait cinq ans que dure cette comédie, lâche Marcelle, assise dans sa cuisine aux côtés de son mari. On nous harcèle tout le temps mais on ne veut pas partir. A cause de ça, on est malade. » Quand elle a appris la date de l’expulsion, Marcelle a fait un malaise et une mauvaise chute. Quant à sa sœur, elle ne veut plus s’alimenter et a été hospitalisée trois semaines. « Vous savez ce qui va se passer jeudi ?, lance Jacqueline Lastère en incitant les journalistes à entrer dans la maison pour rencontrer ses aînés : La police et les pompiers vont venir, on va mettre mes parents et ma tante en gériatrie. Leurs affaires seront envoyées au garde-meuble. Ça, je ne le veux pas. On est en train de tuer mes parents et ma famille avec. J’ai peur qu’ils ne tiennent pas le choc. »

 

Le couple Venturino-Carabalona dans sa cuisine ce lundi matin. - M. Frénois/ANP/20 Minutes

 

« Pas d’ascenseur, pas de chambre »

Pourtant, une solution a été proposée au trio d’octogénaires. Une maison, qu’ils pourraient acheter ou louer, à quelques mètres de leur villa actuelle. « Les engagements du jugement ne sont pas respectés, peste Laetitia Barriera, membre du comité de soutien. Il n’y a pas d’ascenseur, pas de chambre séparée pour Monsieur Carabalona qui est malade d’Alzheimer, pas de terrain constructible. Pourtant, tous ces éléments sont inscrits noir sur blanc sur le jugement. » Dans ces conditions, la famille juge inenvisageable un déménagement dans le logement qui leur est proposé.

« Cette décision de justice intervient à la suite d’un processus de dialogue engagé par la ville de Nice et la Métropole Nice Côte d’Azur depuis 2011 avec l’ensemble des propriétaires concernés », faisait savoir la mairie le mois dernier. La voie des 40 mètres, qui passera dans l’actuel jardin des octogénaires, permettra de relier le bord de mer à l’Allianz Riviera, notamment lors de l’Euro 2016.