Nice: La population carcérale au plus fort, la prison en surchauffe

PRISON Le taux d'occupation de la maison d'arrêt atteint aujourd'hui les 187 %...

Fabien Binacchi

— 

La maison d'arrêt de Nice, à l'Est de la ville.
La maison d'arrêt de Nice, à l'Est de la ville. — ANP / 20 Minutes

Conçue pour 364 détenus, elle en accueille aujourd’hui 670. La maison d’arrêt de Nice, à l’Est de la ville, atteint un seuil critique : un taux d’occupation de 187 %, selon Nice-Matin.

>> A lire aussi : Depuis la prison de Nice, il organisait un trafic de cocaïne

Et les surveillants tirent la sonnette d’alarme. « Les bagarres se multiplient lors des promenades, sous la douche, glisse Nordine, responsable syndical UFAP-UNSa justice, au quotidien régional. Il faut aussi gérer l’après bagarre pour éviter les représailles. Une bagarre, c’est ensuite des semaines de tension supplémentaire pour le personnel ».

« Des conditions déplorables et indignes »

Dans le quartier des femmes, 65 détenues sont incarcérées dans un espace prévu pour 51 personnes. Résultat : « Il y a plus d’une dizaine de matelas au sol. Les conditions de détention sont déplorables et indignes », décrit cette même source à Nice-Matin.

L’été dernier, un pic était même atteint dans cette zone avec 70 femmes emprisonnées. Et le problème est récurrent. « Nous sommes confrontés sur cet établissement à une surpopulation chronique. C’est le taux le plus fort de la région Paca », indique au journal Philippe Peyron, le directeur interrégional des services pénitentiaires Paca-Corse.

Le projet d’une nouvelle prison depuis plus de dix ans

Selon lui, la création de nouvelles prisons, dont trois (Aix-en-Provenve, Draguignan et Les Baumettes 2) seront livrées avant 2018, serait « un début de solution ». Reste qu’aucun projet n’est encore arrêté dans les Alpes-Maritimes.

Dans les cartons depuis plus d’une dizaine d’années, le dossier n’a encore jamais passé le stade supérieur. En septembre 2014, le député-maire de Nice avait plaidé pour une reconstruction de la maison d’arrêt existante. Un projet « quasiment impossible », d’après Philippe Peyron.

La piste de Saint-Laurent-du-Var « intéressante »

Celui de Saint-Laurent-du-Var retentant d’avantage son attention. Mi-2014, l’Etat avait lancé « une mission de diagnostic de la faune et de la flore ayant pour but d’évaluer l’impact potentiel de la construction d’un établissement sur le terrain des Iscles ».

« C’est un emplacement intéressant en termes de sa proximité avec le réseau autoroutier », explique-t-il à Nice-Matin. L’annonce du lancement de cette mission de diagnostic avait immédiatement déclenché des manifestations d’élus et de riverains.