Côte d'Azur: Le premier bar à bijoux s'installe à Cagnes-sur-Mer

INSOLITE Depuis fin janvier à Polygone Riviera, on choisit ses bijoux au comptoir... 

Mathilde Frénois

— 

Le premier bar à bijoux a ouvert à Polygone Riviera.
Le premier bar à bijoux a ouvert à Polygone Riviera. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes

Elles passent et repassent devant les yeux des clients. Sous leurs cloches, les assiettes tournent sur un tapis roulant installé au comptoir. Une seule envie : les soulever.

« De l’extérieur, j’ai cru à un bar à sushi, glisse Marie, attirée par ce petit manège. Par curiosité, je suis rentrée pour voir ça de plus près. » Sous les dômes, pas de poisson cru. Mais des bagues, des colliers et des bracelets que l’on peut observer, assis sur des tabourets hauts.

Marie vient de rentrer dans tousmesbijoux.fr. Ouvert fin décembre au Polygone Riviera de Cagnes-sur-mer, il est le premier bar à bijoux de France, selon son créateur. 

Niçoise depuis 50 ans

L’entreprise Artero, qui développe le concept, est née dans la capitale azuréenne il y a 50 ans. Le plateau tournant, c’est sa manière de faire entrer le client dans une boutique où les produits sont créés à Nice. « L’idée est de casser les codes de la bijouterie traditionnelle, souligne Philippe Artero, directeur général qui a adapté cette idée venue de Corée et des pays d’Europe du nord. On voulait du dynamisme et quelque chose d’attrayant pour le consommateur, contrairement aux vitrines vieillottes avec trop de produits trop chers que l’on n’ose pas approcher. » 

Sur-mesure

Ici, le panier moyen du client tourne autour de 50 €. « Avec les cloches, on joue sur le côté précieux mais aussi sur la friandise. Cette interactivité fait qu’on se démarque des autres bijouteries. » Objectif : faire découvrir les créations niçoises. « On peut aussi réaliser du sur-mesure à partir de modèles présentés sur le bar à bijoux », dit Philippe Artero.

Parce que tout n’est pas visible sur le tapis. Contraints par les assurances, les parures précieuses restent sous verrous. Pour les observer, il faut toujours se tourner vers les traditionnelles vitrines.