Diabète: Un chercheur niçois pointe la responsabilité des perturbateurs endocriniens

SANTÉ Selon Patrick Fénichel, « l’environnement joue un rôle essentiel dans la maladie »…

Mathilde Frénois
— 
Le professeur Patrick Fénichel étudie les perturbateurs endocriniens à l'Archet 3.
Le professeur Patrick Fénichel étudie les perturbateurs endocriniens à l'Archet 3. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes

Et si l’âge et l’obésité n’étaient plus les seuls facteurs du diabète ? Accompagné d’autres chercheurs, le chercheur au CHU de Nice Patrick Fénichel a mis en évidence un lien entre perturbateurs endocriniens et déclaration du diabète. Une découverte qu’il vient d’ailleurs d’exposer lors d’un colloque à l’Institut Pasteur de Paris. Pour 20 Minutes, il détaille ces travaux.

Qui est concerné par le diabète ?

Il s’agit d’une des maladies les plus fréquentes. En France, trois millions de personnes sont touchées, soit 5,4 % de la population. Le diabète est en augmentation à tel point que l’on parle d’épidémie voire de pandémie.

Pourquoi une telle augmentation ?

On s’aperçoit que l’âge, l’obésité et la sédentarité ne permettent pas à eux seuls d’expliquer le déclenchement de la maladie. Il y a d’autres facteurs. Les données établissent clairement que l’environnement joue un rôle essentiel. On y retrouve les perturbateurs endocriniens. Des études ont été menées dont une sur des infirmières américaines. Celles qui ont développé le diabète avaient, dans leur urine il y a quinze ans, un taux de bisphénol plus élevé que celles qui ne sont pas malades.

Quels produits sont impliqués ?

Les pesticides, les plastiques, le bisphénol A, les solvants… sont capables de perturber la régulation hormonale.

Qu’est-ce qui est étudié à Nice ?

Nous avons constitué une banque de sang de cordon de 6.500 garçons nés entre 2002 et 2005. Le taux de perturbateurs endocriniens a été dosé. Dans trente ans, nous verrons s’il a un impact sur le déclenchement du diabète.