État d'urgence: Cinq nouvelles perquisitions dans les Alpes-Maritimes

APRÈS LES ATTENTATS Depuis les attaques à Paris, près de 80 procédures ont été ordonnées... 

Fabien Binacchi

— 

Illustration d'une voiture de police.
Illustration d'une voiture de police. — G. Varela / 20 Minutes

Même pendant ce week-end d’élections, les mesures administratives se sont succédé dans les Alpes-Maritimes. Entre vendredi et dimanche, cinq nouvelles perquisitions administratives à domicile ont été menées dans le cadre de l’état d’urgence, indique la préfecture ce lundi matin. Deux logements à Nice, un à Cannes, un à Menton et un autre à La Trinité ont ainsi été contrôlés, précisent les services de l’Etat.

Depuis les attentats perpétrés à Paris, plus de 50 perquisitions ont été ordonnées. Un Niçois de 33 ans, chez qui une arme automatique chargée et des vidéos de propagande ont été retrouvées, a notamment été présenté à un juge d’instruction et écroué.

Quatre « lieux de culte clandestins » fermés

La préfecture des Alpes-Maritimes a également prononcé six assignations à résidence et six restrictions de liberté d’aller et venir depuis l’instauration de l’état d’urgence.

>> A lire aussi : Nice, le Raid se trompe d’appartement et blesse une fillette

Elle a également pris des arrêtés de fermeture administrative pour quatre « lieux de culte clandestins » à Beausoleil, Drap, Nice et Tourrette-Levens. Six perquisitions d’établissements commerciaux (cinq à Nice et un à Cannes) ont également mené à 4 fermetures de lieux de restauration, précise enfin la préfecture.