Antibes: Un faux gendarme vendait de faux espaces publicitaires

FAITS DIVERS Pas moins de vingt-cinq commerçants auraient été victimes d'une escroquerie aux espaces publicitaires bidons dans des publications…

Mathilde Frénois

— 

Antibes, ville où les commerçants se disent victimes de l'escroquerie.
Antibes, ville où les commerçants se disent victimes de l'escroquerie. — Google Maps

C’est l’histoire d’un homme qui s’est inventé deux métiers : d’abord celui de gendarme, puis un autre de publicitaire. Arrêté mercredi soir à Antibes, il aurait été pris en flagrant délit d’escroquerie alors qu’il démarchait des commerçants, rapporte Nice-Matin. Vingt-cinq d’entre eux se sont déjà déclarés victimes de la fraude.

Le tour des commerces 

Son petit manège tournait pourtant à merveille. Se prévalant de la gendarmerie nationale, l’Antibois faisait le tour des commerces. Il proposait à ces enseignes des encarts publicitaires dans deux publications professionnelles : L’Uniforme et L’Echo du képi. En échange de sommes allant de 150 à 1 000 €, le faux gendarme leur promettait une bonne place dans les pages des journaux. Une offre alléchante pour les professionnels en manque de visibilité qui se sont vite laissés séduire. 

Inconnu de la gendarmerie et des revues 

Or l’homme n’a jamais porté l’uniforme. Et il est totalement inconnu des revues pour lesquelles il prétendait travailler. L’Uniforme n’existe plus. Quant à L’Echo du képi, la rédaction n’a jamais entendu parler de l’Azuréen qui a été placé en garde à vue dès mercredi soir.