Attentats à Paris: Multiples contrôles dans la région de Nice

SÉCURITÉ Les gendarmes ont mené une opération de contrôle des flux, à l’est de Nice, dans le cadre de la lutte antiterroriste et de l’état d’urgence…

Mathilde Frénois

— 

Le chien se faufile entre les passagers à la recherche, entre autres, d'armes.
Le chien se faufile entre les passagers à la recherche, entre autres, d'armes. — M. Frénois

Un chien de la brigade cynophile zigzague entre les passagers d’un bus de la Trinité. « C’est la première fois que je vois ça », souffle Charles, loin d’être rassuré par la présence de l’animal.

Mercredi matin, pendant deux heures, 22 gendarmes ont procédé à une opération de contrôle des flux. « Dans le cadre de la lutte antiterroriste et de l’état d’urgence, l’objectif est de cibler les conducteurs entre Nice et la vallée du Paillon, dans les deux sens », explique le lieutenant-colonel Pascal Péglion. Des mesures qui font suite aux attentats de Paris.

« Aléatoire et à l’instinct »

Dans le bus, le chien marque un arrêt devant un jeune homme. « Il cherche les armes, les stupéfiants, les billets », explique son maître. Le Niçois est contraint de sortir du bus. Finalement, rien à signaler. Il repart à pied.

Les bus ne sont pas les seuls à être arrêtés. Des voitures sont également contrôlées « aléatoirement et à l’instinct », commentent les agents.

Dans les Alpes-Maritimes, les contrôles ont eu lieu le long du Paillon à la Trinité, à Contes et à l’Escarène. Une opération menée simultanément dans le Var, les Bouches du Rhône, les Alpes de Haute Provence et les Hautes-Alpes.