Nice: Des caméras connectées pour protéger les commerces

SECURITE La ville expérimente un nouveau système de vidéosurveillance sur quinze magasins...

Mathilde Frénois

— 

Cette boulangerie a désormais ses caméras connectées avec le Centre de supervision urbain.
Cette boulangerie a désormais ses caméras connectées avec le Centre de supervision urbain. — M. Frénois

Nice franchit un cap de plus dans la vidéosurveillance. Avec ses 1.250 caméras, soit une pour 283 habitants, la capitale azuréenne revendique son statut de ville la plus équipée de France. Désormais, en plus de quadriller les rues, leurs objectifs seront braqués sur les boutiques niçoises.

Le principe : en cas de danger, le commerçant presse un bouton situé derrière son comptoir. Immédiatement, l’alerte est donnée aux commissariats. Les caméras du quartier sont pointées vers l’établissement et celles du commerce connectées au centre de supervision. Avec un double objectif : la dissuasion et une identification plus rapide des agresseurs.

 

Nice adopte la vidéosurveillance pour les commerces. - M. Frénois

« Appuyer sur le bouton »

Depuis une semaine, la boulangerie La pétrie de la gare affiche un nouvel autocollant bleu sur sa vitrine : « Commerce vidéo connecté » écrit en orange en lettres capitales. « On a beaucoup de problèmes avec des gens violents, surtout l’été et les vendredi, samedi et dimanche », confie Sovannthida Bui, l’une des serveuses de ce commerce de l’avenue Thiers. Depuis que ce nouveau système a été adopté, les seize caméras de la boutique sont raccordées au Centre de supervision urbain, où 70 agents scrutent jour et nuit l’activité des rues niçoises. « S’il y a un vol ou un braquage, je n’hésiterai pas à appuyer sur le bouton. On est plus tranquilles », assure-t-elle.

Quinze commerces concernés

Ce dispositif inédit sera expérimenté pendant trois mois sur quinze commerces. Un plus pour la sécurité selon Philippe Desjardins, président de la fédération du commerce niçois et de l’artisanat : « Nous avons fait la demande lors de l’agression du bijoutier à Nice [en septembre 2013] pour trouver un système d’alerte sur l’idée des voisins vigilants », explique-t-il. Une dissuasion essentielle pour les commerces disposant d’un stock important d’espèces, comme les boulangeries et les tabacs. « Pour l’instant, l’inconnu reste le coût. Mais nous sommes satisfaits. Ce système est simple, rapide et pratique », précise-t-il.

Selon la mairie, les vols avec violences, qui augmentent de 0,7 % au niveau national, auraient diminué de près de 15 % à Nice. Des chiffres qu’elle souhaiterait encore améliorer avec cette vidéosurveillance spécifique aux commerces.