Alpes-Maritimes: Des drones pour contrôler le patrimoine d'en haut

TECHNOLOGIE Le département va acquérir des drones et former des agents pour l’entretien, la sécurité et la mise en valeur du territoire…

Mathilde Frénois

— 

Le conseil départemental des Alpes-Maritimes disposera d'un drone début 2016.
Le conseil départemental des Alpes-Maritimes disposera d'un drone début 2016. — M. Frénois

Les drones, nouveaux agents 2.0 du conseil départemental des Alpes-Maritimes ? C’est en observant les techniques d’inspection des centrales nuclaires que l’idée a germé. Depuis un an, l’entreprise Drone 06 utilise ses petits engins volants pour le compte du département. En 2016, ce dernier diposera de son propre matériel. « On est en phase d’expérimentation et nous avons déjà survolé des falaises, des digues, des barrages, des ponts », énumère Jean-Baptiste Pietri, directeur général de Drone 06. Grâce à une caméra thermique, un appareil photo avec une précision au millimètre et à une modélisation du terrain en 3D, les relevés sont plus rapides et plus précis.

Quatre fois moins cher qu’un vol en hélicoptère

Dernière intervention en date : le survol d’un seuil qui a cédé dans le lit du Var. Une brèche de 20 mètres sur 40 due à l’érosion et aux intempéries du mois d’octobre. « En dix minutes, le drone fait le travail de deux agents sur une semaine », insiste Jean-Baptiste Pietri.

Outre la précision et la rapidité d’intervention, c’est le prix qui a décidé Eric Ciotti, président du conseil départemental qui compte plus de 900 ouvrages d’art concernés par cette révolution technologique : « Le coût du drone est quatre fois plus faible que celui de l’hélicoptère. Une journée d’intervention revient aux alentours de 2.500 euros avec le drone, à 10.000 euros avec l’hélicoptère », détaille-t-il.

Acquérir un drone dès 2016

Aujourd’hui, le département fait appel à une société extérieure, Drone 06. Dès le premier semestre 2016, il va acquérir son propre drone civil professionnel d’une valeur d’environ 30.000 euros. Afin d’accompagner l’engin volant, deux agents du conseil départemental seront formés. Ces nouveaux pilotes interviendront sur les routes et le patrimoine des Alpes-Maritimes.

La mission des drones s’arrête là. Pour poser des filets anti-éboulements, rénover des digues ou consolider des ponts, l’intervention d’agents est toujours nécessaire.